Jean-Louis Harouel répond à Patrick Buisson

Xavier S. Thomann - 28.04.2013

Edition - Société - Jean-Louis Harouel - Péguy - Patrick Buisson


Il y a quelque temps, le professeur d'université Jean-Louis Harouel avait été pour le moins étonné quand il découvrait dans les pages du Figaro Magazine une interview de Patrick Buisson dans laquelle l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy reprend certains de ses propos. Il revient sur cet « emprunt » via le site Rue89

 

 

Dans sa tribune, M. Harouel, professeur à Paris-II, donne sa version des faits, en rappelant que Patrick Buisson a plagié des extraits entiers de son ouvrage le Vrai Génie du christianisme (publié aux éditions J.-C. Godefroy). 

 

Cette affaire de plagiat avait été révélée par notre confrère Jérôme Dupuis de L'Express dans un article qui montre précisément la nature des différents emprunts réalisés par Buisson pour son interview. Le plagiat concernerait un total de 12 pages, et les exemples mentionnés par Jérôme Dupuis sont éloquents. 

 

Mais les choses n'en sont pas restées là : M. Buisson a répondu dans la foulée sur le site du Figaro pour, selon les termes de M. Harouel, « minimiser l'importance et la portée de ses emprunts », tout en cherchant à le « déconsidérer ». Le 18 avril, Valeurs actuelles publiait un article sur la question, où il question des auteurs inconnus cherchant la reconnaissance en dénonçant le plagiat fait de leur travail. 

 

M. Harouel est mentionné, mais de manière déguisée. L'auteur de l'article, Camille Pascal, écrit, en faisant allusion aux différentes affaires de plagiat qui ont fait la une de la presse ces derniers mois : « puis ce fut le tour du politologue Patrick Buisson de se voir reprocher d'avoir oublié un illustre inconnu dans une interview où il ne citait pas moins d'une dizaine d'auteurs sur quatre pages ! » 

 

Et l'article de laisser entendre que M. Harouel aurait lui-même commis un plagiat, en oubliant de « citer le poète catholique sur les épaules duquel il était venu se percher. » Charles Péguy en l'occurrence. 

 

Ce qui est le plus intéressant dans la tribune de Jean-Louis Harouel, c'est la réflexion qu'il tire de son propre cas, dépassant le différend qui l'oppose à M. Buisson. 

 

« Par-delà mon cas particulier, l'article de M. Pascal pose un problème très grave, car c'est un éloge cynique de la malhonnêteté. C'est une proclamation du droit au vol de la pensée par les puissants et les célèbres. C'est une apologie du plagiat des universitaires peu médiatisés, qui écrivent eux-mêmes leurs livres, par les personnalités médiatiques, alors même qu'il est notoire qu'elles font souvent écrire leurs livres par d'autres. » 

 

Décidément, le plagiat est un sujet d'actualité.