Jeff Bezos : mort du papier, règne du Kindle, Amazon for ever !

Clément Solym - 29.12.2009

Edition - Société - bezos - mort - papier


Étonné qu'il est le patron d'Amazon, d'avoir découvert que son Kindle avait tout pulvérisé le jour du 25 décembre. Mais la méthode pour réussir est pourtant simple : « Se concentrer sur une sélection, avec des prix bas et une livraison fiable, commode et simple. »

Comme quoi, la clef de la réussite... et depuis 14 ans que Jeffet tient ce cap... Mais au final, comment définir Amazon ? Tout commence avec le client pour se déployer en back-office : toutes les compétences acquises sont mises au service du client. Il y a une part d'exploration, quitte à tomber dans une impasse pour le développement, mais ce qui prime c'est la vision à long terme. « Une grande partie des choses les plus importantes nous ont demandé beaucoup de temps. »

Travailler à partir de ses compétences et ses envies

Et pour décrire le fonctionnement d'Amazon, le Kindle reste l'exemple parfait, d'une conjonction entre des compétences et ce qu'elles peuvent apporter pour enrichir l'expérience d'un client. « Il est sur le marché depuis deux ans, mais nous y avons travaillé durant trois années avant. Nous en avions parlé une année auparavant. » Et s'en est suivi le recrutement du personnel, l'acquisition de nouvelles compétences, et ainsi de suite. Réfléchir, prendre le temps et savoir où mener sa barque.

Un outil dédié pour la lecture : le livre ?

Quant à se dire étonné de cette réussite, c'est peu de choses. Jeff croit « que la lecture mérite un outil dédié ». Personne n'apprécie encore de lire sur un écran rétroéclairé durant des heures. Si les BlackBerry et autres netbook sont commodes pour un certain type d'usage, la lecture d'un livre de 300 pages n'est pas commode avec ces appareils. D'où le Kindle.

Et la création dans tout cela ? « Je reste sceptique quant au fait que le roman se réinvente. » Pour d'autres types d'ouvrages, le numérique apportera des commodités - un coeur qui bat pour un livre de médecine - mais le genre romanesque gardera sa forme actuelle. On assistera sûrement à de nouvelles inventions narratives, mais...

Aucun souci avec Apple, au contraire, y'aura une application...

Parlons donc plutôt technique : pas d'angoisse avec la Tablette d'Apple ? « Notre vision est de vous permettre de lire des livres Kindle où vous désirez les lire. » Dans ce cas, au contraire, vive la future tablette. Et pas question de transformer le Kindle en couteau suisse [NdR : référence aux propos du directeur de Borders, qui déplorait l'aspect monotache des lecteurs ebooks]. Encore une fois, la lecture mérite un outil dédié, qui ne fera que cela.

La fin du papier : Gutenberg, c'est trop années 80

RIP, livre papier. En tout cas, Bezos y croit. « Je ne sais pas combien de temps cela prendra. Vous savez, tout le monde aime les histoires et nous aimons raconter ; on apprécie de se perdre dans le monde d'un auteur. Cela ne va pas disparaître, ça va prospérer. » Mais le support, lui, assure Bezos, il se modifiera, immanquablement. « Si Gutenberg était des nôtres, il saurait comment utiliser immédiatement un livre papier. » Mais dans le futur, cette technologie-là est vouée à s'effacer, or, « ce qui est remarquable, c'est la stabilité si pérenne du livre. Cependant, aucune technologie, pas même aussi élégante qu'un livre, ne dure éternellement. »

D'ailleurs, lui, s'il peut l'éviter, ne lit plus de livres papier...

Et le Kindle... sa durée de vie ?