Une auteure américaine regrette de s'être opposée au prix PEN remis à Charlie Hebdo

Clémence Chouvelon - 04.06.2015

Edition - International - Charlie Hebdo - PEN américain - Prix PEN liberté expression


Le 6 mai dernier, Gérard Biard, le rédacteur en chef de Charlie Hebdo, et Jean-Baptiste Thoret se rendaient à New York pour recevoir le prix PEN, déclenchant une polémique parmi les auteurs anglo-saxons. Jennifer Cody Epstein faisait partie des 204 auteurs à avoir signé la lettre ouverte d'opposition à la remise du prix Courage et liberté d'expression à Charlie Hebdo. 

 

Salman Rushdie with Gérard Biard and Jean-Baptiste Thoret of Charlie Hebdo, 2015 PEN Literary Gala

Salman Rushdie, Gérard Biard et Jean-Baptiste Thoret lors du gala annuel du PEN American Center (PEN American Center CC BY 2.0)

 

L'annonce de la remise d'un Prix au journal satirique avait déclenché des réactions radicalement opposées : certains, comme Salman Rushdie et Neil Gaiman, y voyaient un soutien incontournable à la liberté de la presse, quand d'autres, Peter Carey, Michael Ondaatje, ou Jennifer Cody Epstein, déclaraient, dans une lettre ouverte, que le choix de récompenser Charlie Hebdo « n'était pas simplement transmettre un soutien à la liberté d'expression, mais aussi valoriser des matériaux qui intensifient des sentiments anti-Islam, anti-Maghreb, anti-Arabes, déjà répandus dans le monde occidental ».    

 

Mais dans une seconde lettre, de repentir cette fois-ci, Jennifer Cody Epstein écrit qu'elle était « mal informée et dans l'erreur » quand elle a décidé de signer contre Charlie Hebdo. Elle explique croire que les caricatures du journal, « bien que de mauvais goût, offensantes et pas spécialement bien dessinées, relèvent de la satire, et pas de la haine » une différence « profonde et cruciale » d'après elle : « Si l'on est d'accord pour plaider pour la liberté d'expression, il ne peut y avoir aucune réserve, aucun astérisque, pas de petites phrases pour définir si cette liberté s'applique uniquement à une expression qu'on ne considère pas comme dérangeante ou qui ne fera pas enrager les extrémistes avec des armes » 


L'auteur Salman Rushdie (Les Versets Sataniques), également ancien président du PEN Américain, qui a soutenu l'action du PEN et Charlie Hebdo depuis le début des polémiques, a salué la décision de l'auteur de se retirer de cette pétition : « Mes respects à Jennifer Cody Epstein pour son acte, honorable, d'admettre avoir commis une erreur à propos de Charlie Hebdo. D'autres signataires vont-ils suivre son exemple ? » : 

 

 

 

 

(via The Guardian)