Jill Eisenstadt, comparse de Easton Ellis et McInerney, traduite en français

Antoine Oury - 27.03.2019

Edition - Les maisons - Jill Eisenstadt - Un ete Rockaway - Eisenstadt Brat Pack


Les éditions Rivages publieront le 3 avril prochain la traduction française, inédite, du premier roman de Jill Eisenstadt, Un été à Rockaway. Publié en version originale en 1987 sous le titre From Rockaway, le roman a lancé la carrière littéraire de Jill Eisenstadt : Hélène Cohen en signe la traduction en français, plus de 30 ans après sa première publication.



Comment un livre publié en 1987 aux États-Unis, signé par une représentante de la « nouvelle génération perdue » et du cercle très fermé du « Brat Pack », a-t-il pu rester inédit en France ? Nathalie Zberro, directrice de collection pour la littérature étrangère aux éditions Rivages, s'est posée la même question. « Comme beaucoup de gens, je passe beaucoup trop de temps sur les réseaux sociaux. Sur Instagram, je suis tombée sur une photo postée par Bret Easton Ellis, aux côtés de Jill Eisenstadt. »
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

with Jill Eisenstadt, summer 1987, The Odeon, photo shoot, Interview magazine. I was wasted

Une publication partagée par Bret Easton Ellis (@breteastonellis) le

« Avec Jill Eisenstadt, été 1987, The Odeon, shooting photo, magazine Interview.
J'étais bourré.
»


« J'étais sûre d'avoir déjà vu ce nom quelque part, et, en effet, j'avais reçu un livre d'elle il y a un ou deux ans, que nous avions toutefois mis de côté. J'avais noté son nom, car il m'avait interpelé », nous explique Nathalie Zberro. L'éditrice fait ses recherches et découvre qu'Eisenstadt a publié son premier roman, From Rockaway, la même année que les premiers romans de Bret Easton Ellis et Jay McInerney, respectivement Moins que zéro (traduction de Brice Matthieussent chez Christian Bourgois) et Bright Lights, Big City (traduction de Sylvie Durastanti chez Mazarine).

Mais aussi que ce premier livre a été récemment réédité aux États-Unis, bénéficiant par ailleurs d'un regain d'attention dans plusieurs pays, comme l'Espagne ou l'Italie. Et, désormais, la France. « Ce livre est comme un petit bonbon des années 1980. Un été à Rockaway raconte, pour faire simple, la même histoire que les livres d'Ellis et de McInerney, avec des jeunes gens qui s'ennuient, qui regardent la vie passer. »

Mais il existe autant de différences entre l'angle d'Eisenstadt et celui de ses confrères qu'entre l'écriture d'Ellis et de McInerney : « Le récit d'Eisenstadt est plus léger, dans le bon sens du terme, il est plus drôle que les livres de ses camarades, avec un ton qui rappelle la comédie dramatique américaine. » Lire les trois romans permet ainsi d'avoir une perspective complète des débuts de cette « nouvelle génération perdue » d'écrivains américains.

« Le point de vue d'Eisenstadt est intéressant, car elle écrit de Rockaway, une sorte de province en marge du rêve américain : nous ne sommes pas à New York ou à Los Angeles, les vies sont plus ordinaires et les comportements moins extrêmes. »

La présentation de l'éditeur pour Un été à Rockaway :
 

Un été à Rockaway est une comédie dialoguée à la perfection autant qu’un poignant roman d’apprentissage sur la jeunesse américaine des années 80. Traduit pour la première fois en français, ce texte est une plongée nostalgique pleine de charme et de mélancolie qui rappelle le film culte The Breakfast Club.


Ellis, McInerney, Eisenstadt, mais aussi Donna Tartt, formeront le « Brat Pack », le « club des sales gosses », en quelque sorte, dont Brett Easton Ellis restera le représentant le plus connu. « Ils viennent tous d'un milieu différent, de lieux différents, mais ils se sont connus à l'université de Bennington avant d'embrasser une carrière littéraire. C'est un moment assez inédit dans l'histoire littéraire américaine, qui n'a pas connu d'équivalent ensuite », souligne Nathalie Zberro.
 
Le livre que l'éditrice avait reçu il y a quelques années n'était autre que Swell, paru en 2017 aux États-Unis, dans lequel Eisenstadt retrouve certains personnages de Rockaway. Détail amusant, Easton Ellis et McInerney ont fait de même avec certains de leurs personnages, eux aussi...


[À paraitre 03/04] Jill Eisenstadt - Un été à Rockaway - traduit par Hélène Cohen - Rivages - 9782743647445 - 22 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Rivages
Genre :
Total pages : 230
Traducteur :
ISBN : 9782743647445

Un été à Rockaway

de Eisenstadt, Jill(Auteur) HELENE COHEN(Traducteur)

Publié en 1987, "Un été à Rockaway" appartient à ces livres qui ont marqué leur époque, au même titre que "Moins que zéro "de Bret Easton Ellis ou "Bright Lights, Big City "de Jay McInerney. Membre du fameux "Brat Pack" aux côtés d'Ellis, McInerney ou encore Donna Tartt, Jill Eisenstadt a connu un succès fulgurant avec ce premier roman alors qu'elle sortait à peine de l'université. "Un été à Rockaway" est une comédie dialoguée à la perfection autant qu'un poignant roman d'apprentissage sur la jeunesse américaine des

J'achète ce livre grand format à €