JK Rowling : les éditeurs refoulaient Robert Galbraith, elle publie les lettres

Joséphine Leroy - 26.03.2016

Edition - International - JK Rowling Harry Potter - édition pseudonyme rejet


La romancière s’est fabriqué une autre identité, celle de Robert Galbraith, pour publier son roman The Cuckoo’s Calling (L’Appel du Coucou). Il raconte l’histoire d’un détective d’après-guerre. Les premières ébauches ont été refusées par trois maisons d’édition américaines (Constable & Robinson et Creme de la Crime) pour devenir un best-seller lors de sa sortie, en 2013. Des éditeurs qui s’en mordent certainement les doigts à présent. Le livre a été publié, en France, par les éditions Grasset et traduit par François Rossot. 

 

100405_EasterEggRoll_682

(Daniel Ogren / C BY-NC-ND 2.0)

 

 

L’idée de JK Rowling était de se jouer du monde de l’édition en n’utilisant pas la carte de la célébrité. Dans une interview avec NPR, elle explique qu’avec le succès d’Harry Potter « il y avait une telle pression qui accompagnait le fait d’être l’auteure d’Harry Potter, et ce côté-là de l’édition ne manque pas particulièrement. » Elle poursuit : « Vous comprenez certainement pourquoi j’avais besoin d’aller ailleurs et de créer quelque chose de différent, et me raccrocher au seul mérite ». 

 

Dans une lettre du groupe d’éditeurs anglais Constable & Robinson, un responsable va jusqu’à dire que le groupe ne peut pas accepter le roman parce qu’il prévoit un flop commercial. Dans la suite de la correspondance, il y a même un guide pour apprendre à l’auteur les recettes d’un succès. Douce ironie. 

 

Encore plus amusant, le groupe lui suggère de suivre un guide de rédaction extrait d’un magazine et de ne surtout pas lâcher la fin du livre. « Allez voir dans une librairie, sur Amazon ou bien achetez le Guide de l’acheteur du Bookseller Magazine qui sort deux fois par an, et informez vous un peu sur les éditeurs spécialisés dans votre catégorie/votre genre », peut-on notamment lire sur les lettres.

 

 

Dans un tweet, elle donne ses impressions au moment de la réception des lettres : « Je n’aurais abandonné que si tous les éditeurs, un par un, m’avaient laissée tomber, et j’ai souvent eu peur que ce soit le cas ». 

 

 

 

 

De l'importance de l'échec. Si vous avez 20 minutes devant vous, regardez de quoi est faite la recette du succès selon JK Rowling (apparemment, d'échecs) : 

 

 

 

(via Daily Mail