L'arbre généalogique d'Harry Potter : une famille bien sous tout rapport

Cécile Mazin - 23.09.2015

Edition - Société - Harry Potter - grands parents - Rowling Pottermore


En découvrant internet, et Twitter, la vie de JK Rowling a totalement changé. Quelque temps auparavant, la plateforme Pottermore lui avait fourni la solution pour commercialiser des livres numériques de la saga Harry Potter. Cette extension de l’univers des romans permettait également d’explorer le monde. Et de faire des révélations suprêmes, tant attendues par les fans. 

 

 

 

Dans un message publié sur la nouvelle version du site, JK annonce que Pottermore ne sera plus ce simple espace de vente, avec quelques à-cotés. C’est désormais un endroit « où vous pouvez explorer mon écriture à la fois familière et nouvelle, et où vous pouvez découvrir des éléments, des articles et des informations sur l’équipe de Pottermore ».

 

Fantastique, on en défaillirait si le temps le permettait.

 

Donc, plus question de passer simplement par Twitter pour répondre aux fans ni de publier de temps à autre de brefs articles sur le monde magique de Potter. « Si vous avez besoin d’un peu de magie supplémentaire dans votre vie, vous avez frappé à la bonne porte », conclut Rowling. 

 

Et voilà que la maman du magicien se lance dans une histoire de la Famille Potter, et retrace l’arbre généalogique depuis le magicien Linfred of Stinchcombe, au XIIe siècle. Un homme manifestement « très apprécié localement et excentrique, dont le surnom, "The Potterer" [L’Apothicaire, ou quelque chose du genre, NdR] s’est modifié avec le temps, pour "Potter" ».

 

Potions, cape d'invisibilité et autres révélations

 

De quoi remonter bien loin dans l’histoire même de cette famille de sorciers « mais qui n’a jamais été (jusqu’à la naissance de Harry James Potter) à la pointe des sorciers de l’Histoire, se contentant d’une existence confortable et stable dans un environnement tranquille ».

 

 

 

Famille de nantis, toutefois, puisque la vente de potions a fait la fortune de Linfred auprès des autres sorciers, tout en économisant suffisamment d’or. Au point, d’ailleurs, que la Cape d’invisibilité serait un artefact appartenant à la famille depuis longtemps, et se transmettant de génération en génération. Rappelons que cette dernière fait partie des Reliques de la mort, rien que ça...

 

Aisée, donc, mais pas au point de compter parmi les 28 familles de sang pur – c’est-à-dire celles qui n’ont jamais intégré de Moldus dans leur fratrie. Autrement dit, les Potter n’ont jamais été les gens élitistes que les Malfoy ont pu être. C’est à des familles aussi détestables que l’on doit des surnoms comme « sang-mêlé ». Pas joli...

 

Et puis, on découvre que les grands-parents de Harry sont morts de la varicelle du dragon – une vilaine maladie... D’ailleurs, pensez au vaccin pour la grippe.

 

À découvrir à cette adresse.