JK Rowling : une bibliographie officielle pour dissiper les rumeurs

Nicolas Gary - 05.04.2014

Edition - International - Harry Potter - Bibliographie - JK Rowling


Pour couper court à toutes les rumeurs et choses les plus folles, vient d'annoncer l'éditeur Bloomsbury, décidé à établir les faits, rien que les faits, et toute la vérité je le jure. J.K. Rowling: A Bibliography, sera publié par Bloomsbury Academic, pour dissiper tout malentendu. 

 

 JK Rowling Autograph

baslow, CC BY SA 2.0

 

 

Les fans inconditionnels se précipiteront, les autres attendront de voir comment tout cela se déroule, mais dans tous les cas, le prix de vente est connu : 120 $. « C'est la bibliographie définitive des écrits de JK Rowling », assure la maison. En complément des données bibliographiques de tous ses livres, les contributions et les travaux publiés, de même que les interventions sur les ondes, il contient des travaux universitaires et scientifiques. 

 

« Ce sera la première source que les enseignants pourront consulter sur Rowling, de même que les collectionneurs de livres, les maisons d'enchères, les critiques et les chercheurs », assure l'éditeur. Le but du livre est de compulser les informations et de dissiper les rumeurs sur la fascinante histoire de la publication de la série d'Harry Potter. 

 

C'est d'autant plus enrichissant que Potter est désormais enseigné à Sciences-Po, le tout dans une triple approche, littéraire, psychanalytique et politique. La formation oublie les films pour se concentrer sur l'oeuvre littéraire de Rowling qui a tellement été lue qu'elle doit avoir eu son impact non négligeable sur notre jeunesse. Contacté par ActuaLitté, l'enseignant et historien François Comba avait expliqué ce choix de titre qui de prime abord pouvait nous étonner. Habitué à d'autres registres que la littérature jeunesse, il avait songé à proposer un cours sur Proust, un auteur d'ores et déjà grand classique, mais que des étudiants âgés de 19 ans risquent fort de méconnaître.

 

Et depuis quelques années dans des universités américaines, où notamment l'université britannique de Durham propose depuis 2010 - 70 élèves avaient été recrutés pour la première année.