Joann Sfar, la SGDL et l'effet Streisand : la contusion des sentiments

Nicolas Gary - 26.05.2020

Edition - Société - Sfar diffamation SGDL - effet Streisand internet - auteurs liberté expression


Il reviendra au procureur de la République d’examiner la plainte pour diffamation que la SGDL entend déposer. Outrée qu’un auteur puisse lui reprocher de ne pas exécuter correctement sa mission, l’organisation a décidé de saisir les tribunaux. Grand bien lui en a pris…


 

Depuis 2003, la sociologie dispose d’un nouveau concept d’analyse comportementale des masses : l’effet Streisand. La chanteuse et actrice avait poursuivi en justice l’auteur d’une photographie, légèrement compromettante. Or, en tentant de faire disparaître le cliché, Barbra Streisand fut confronté à une déferlante qui a au contraire fait la publicité de ladite photo.
 

Et là, c'est le drame...


Un effet pervers, dirait-on, que la Société des Gens de Lettres vient de prendre de plein fouet. Après la diatribe de Joann Sfar sur France inter, l’organisation de défense des auteurs s’est sentie piquée au vif. Mais de manière difficilement compréhensible. 

« On nous a promis qu’on aurait droit à ceci, à cela. Les sommes ont été allouées aux organismes dont je viens de parler — c’est-à-dire des organismes qui sont censés les redistribuer aux auteurs et qui ne redistribuent rien du tout. Les organismes ont parfois des hôtels particuliers dans le centre de Paris… », indiquait Sfar au micro d’Inter. 

Juste assez pour que la SGDL décide de diffuser un communiqué pour faire non pas taire l’impétrant, il est trop tard, mais obtenir sa condamnation. Et de préciser « qu’elle se réserve la possibilité d’agir de la sorte chaque fois que des propos revêtant un caractère mensonger, calomnieux, trompeur ou diffamatoire seront prononcés à son égard ». On en viendrait presque à y lire une tentative d’intimidation.
 

La chambre d'écho en réseau


Problème : « Article 1.2 des statuts de la SGDL : La SGDL a pour mission de “défendre la liberté de création et d’expression des auteurs de livres”. » Or, dans ses propos, Sfar fait preuve d’un franc-parler qui peut agacer, certes, mais pas de propos diffamants. En réalité, la SGDL dans son communiqué fait le lien avec l’argent public qui lui a été confié, et provoque seule sa propre mise en accusation. Comme nous on dit toutes nos grands-mères : « Qui se sent morveux se mouche. »

Second point, la réaction des auteurs, qui ne sont manifestement pas prêts de digérer cette attaque.
 
 
On pourrait ajouter que la SGDL s'était également précipitée vers Hadopi, en son temps, considérant que la protection du droit d'auteur méritait bien que l'on puisse faire du flicage sur internet. L'avenir montra à quel point cette position était erronée.
 


Sans parler de ceux qui soudainement s’interrogent sur la validité d’une telle décision. ActuaLitté a d’ailleurs sollicité la SGDL, ainsi que différents membres de son CA pour s’assurer que le choix de porter plainte respecte bien les statuts de l’association. Sans quoi, il faudra se demander si le portrait de Kim jong un ne devrait pas remplacer la tenture avec Balzac.
 


crédit photo RyanMcGuire CC 0


Commentaires
Je pense que la SGDL est à deux doigts d'une crise majeure, dont elle-même ne se rend pas compte, et qu'elle va saigner des adhérents. Pas juste pour cette affaire, mais pour la mise en lumière de son indifférence totale vis-à-vis des auteurs, et son attention obsessionnelle à son propre statut. La SGDL ne sert que la SGDL. Il est temps que les auteurs qui y sont encore s'en rendent compte.



Je peux bien sûr comprendre que la SGDL soit énervée, Sfar faisant un raccourci en disant qu'elle reçoit et ne redistribue pas. C'est vrai, mais pas parce qu'il y a malversation, ce qui peut être déduit de ses propos. C'est vrai parce que l'aide est incroyablement mal conçue, technocratique, totalement inadaptée à nos métiers. Cette aide, la SGDL aurait dû la renvoyer au gouvernement en leur disant "vous vous foutez de nous"? Mais il était plus stratégique à leurs yeux de l'accepter pour se rengorger d'être responsable de sa distribution limitée. La malhonnêteté intellectuelle de la SGDL est profonde, mais elle reste intellectuelle, pas financière pour autant que je sache.



Reste que poursuivre Sfar, l'un des rares grands auteurs connus à avoir mouillé sa chemise pour tous les autres, est bien évidemment un choix très, très douteux, symbole flagrant de la déconnexion totale de la SGDL de son terreau d'origine. Stratégiquement, c'est la catastrophe, je ne sais pas qui les conseille... On voit déjà la question se profiler: pourquoi la SGDL ne met-elle pas son énergie à défendre les auteurs plutôt qu'à les attaquer?



En 2020, les deux actions d'éclat de la SGDL auront été 1) d'accepter l'un des plans les plus foireux de l'histoire d'un gouvernement au passif pourtant déjà lourd 2) attaquer un auteur qui prend publiquement la défense des autres en attaquant sur le point 1).



Pas mal.
"En 2020, les deux actions d'éclat de la SGDL auront été 1) d'accepter l'un des plans les plus foireux de l'histoire d'un gouvernement au passif pourtant déjà lourd 2) attaquer un auteur qui prend publiquement la défense des autres en attaquant sur le point 1)."

La SGDL a aussi débarqué son président (le précédent, Mathieu Simonet, cf https://www.actualitte.com/article/monde-edition/christophe-hardy-presidera-par-interim-la-societe-des-gens-de-lettres/99666 ), ce qui me paraît une action d'éclat, à moi.

(Si bien que naïvement, j'ai cru qu'il y avait du mieux à la SGDL. Chaque fois que je commence à me dire que je pourrais commencer à lui pardonner – après ReLIRE, après les propos portnawak du président précédent, pouf, elle rechute !)
Le simple fait que la SGDL demande pour avoir droit à une aide de prouver la "publication de trois ouvrages" démontre à quel point ile ne savent pas ce qu'est un auteur aujourd'hui. Les lettres existent partout et pas seulement dans des "ouvrages". Mais ce truc antédiluvien aussi imbus de son statut que de ce qu'il imagine être un bon auteur n'en a cure.
Mais sommes-nous bien sûrs que ces critères d'éligibilité aient été établis par la (seule) SGDL ? Il s'agit d'une aide venant au départ de la CNL, rappelons-le. Je ne crois pas qu'on ait jamais su d'où ils sortaient au juste. Sans doute un des problèmes majeurs de la SGDL est-il son manque de transparence : elle dit se battre bec et ongles pour les auteurs, pour leur statut, etc... sauf qu'on n'en voit pas grand-chose (voire rien).



Rappelons par la même occasion que le critère que vous citez a été assoupli : avoir publié deux ouvrages suffit désormais. ("avoir publié, à compte d'éditeur, au moins 2 ouvrages écrits en langue française, dont 1 au cours des 3 dernières années (les ouvrages qui auraient dû paraître après le mois de mars 2020, dont la sortie commerciale a été annulée ou reportée en raison de la crise sanitaire sont comptabilisés dans les 2 titres requis)", https://sgdl.org/sgdl-accueil/l-actualite-sgdl/plan-de-soutien-covid-19 )
J’entends votre argument et je le trouve tout à fait valable. Toutefois une grande majorité d’auteurs professionnels ne publient pas et ne publieront jamais d’ouvrage, de part leur profession. La minoration si elle est le cas du « combat » de la SGDL reflète tout de même son incapacité à comprendre et finalement représenter et défendre correctement les intérêts des auteurs contemporain. Il y a les problèmes d’opacité, mais aussi et surtout le problème de la représentativité.
Oui, le problème de la représentativité est tellement évident à mes yeux que je n'en parle même pas. raspberry

Pour moi, la SGDL est représentative... des seuls auteurs dont l'écriture n'est pas le principal gagne-pain. confused
Ma curiosité est piquée : qui sont les auteurs professionnels qui ne publient pas et ne publieront jamais d'ouvrage que la SGDL ne connaît pas? Vous devez parler des auteurs dans les autres secteurs que le livre, pour lesquels d'autres guichets d'aide sont prévus. Le CNL est quand même le Centre national... du livre.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.