Joann Sfar : “Mon métier c’est de raconter sans filtre ce que je ressens”

Orianne Vialo - 28.05.2016

Edition - Société - Joann Sfar Niçois - Joann Sfar roman - roman Le Niçois


Nul doute que le dernier roman de Joann Sfar, intitulé Le Niçois, et publié aux éditions Michel Lafon, fera beaucoup parler de lui. Publié hier, l’auteur y écrit qu’à Nice, personne ne sait lire. Invité sur le plateau de France 5 dans l’émission C à vous ce mercredi 25 mai, il avait confirmé ses propos en déclarant « ce n’est pas une opinion, mais des faits ! ». Également convié à Europe 1 aujourd’hui pour l’interview découverte de Caroline Roux, le dessinateur est revenu sur ses dessins moqueurs du monde politique, dessins représentant l’ancien maire de Nice durant cinq mandats, Jacques Médecin. 

 

 

 

Auteur, écrivain et réalisateur français, Joann Sfar a rencontré pour la première fois le succès dans les années 2000 grâce à ses billets dessinés dans la presse généraliste (Huffington Post, Charlie Hebdo, Télérama). Primé à de nombreuses reprises pour ses dessins et scénarios, le dessinateur n’a pas froid aux yeux quand il s’agit de dépeindre la société. « Mon métier c’est de raconter sans filtre ce que je ressens, en espérant que ça fera marrer les gens » déclarait-il à Europe 1 ce matin.

 

Excusez-moi de n’avoir pas écrit une vraie enquête sur Jacques Médecin. Mais je ne suis pas un garçon sérieux. Ma vérité se trouve chez Dino Risi, Frédéric Dard et Sergio Leone. Finalement, je ne suis pas compétent en ce qui concerne Jacques Médecin. Mon expertise s’arrête juste à cet univers dont je rêve depuis longtemps, sur lequel règne Jacques Merenda. Le Niçois

 

 

Dans son dernier ouvrage, Joann Sfar redonne vie à Jacques Médecin, l’une des figures politiques françaises du XXe siècle, dont le métier de maire semble s’être transmis de père en fils (son père Jean Médecin fut maire de Nice pendant 37 ans). « Comme dans OSS 117, on le sort du formol, on le remet aujourd’hui et comme il n’est pas faux-cul, c’est un révélateur de conneries. Je le mets dans les pattes des politiques d’aujourd’hui et c’est une explosion » a-t-il déclaré à l’antenne ce matin. (via Europe 1

 

Pourtant, Jacques Médecin, même s’il est largement évoqué, est loin d’être le seul homme politique cité dans le livre. Autres « victimes » de l’auteur : Christian Lestrival, que l’écrivain aime appeler pitchoun dans son ouvrage, désigne Christian Estrosi, l’actuel président du conseil de Provence-Alpes-Côte d’Azur et maire de Nice.

 

Il y parle aussi des personnages politiques qui ont récemment défrayé la chronique, à l’image de Nadine Morano et « de son ami noir ». Selon l’auteur « c’est comme si que je faisais des dessins, mais je les fais en roman. C’est une comédie, mais c’est avant tout un polar. Il y a des flingues, des poursuites, du cul. J’ai voulu faire du San Antonio, mais avec des politiques que je vois tous les jours ». 

 

Ce mercredi 25 mai, invité France 5 sur le plateau de C à vous, Joann Sfar est aussi revenu sur un des passages les plus ironiques de son livre, dans lequel il n’hésite pas à dire que personne ne sait lire à Nice. « Toutes les librairies de PACA réunies, vendent moins de livres qu’une librairie parisienne ! C’est des chiffres ! Si les Niçois ne lisent pas c’est parce que c’est une ville de passage et de retraités car dès le mois de mars on y est à la plage ! » (via France 3)


Pour approfondir

Editeur : Michel Lafon
Genre : policier &...
Total pages : 279
Traducteur :
ISBN : 9782749927923

Le niçois

de Joann Sfar (Auteur)

Et si Jacques Merenda, dit " Le Niçois ", sortait de sa planque dorée sud-américaine pour celle qu'il n'a jamais pu oublier : Nice, sa ville ?Sa ville, aujourd'hui dirigée par son fils " soi-disant " spirituel, Christian Estrival, est menacée par une vague bleu marine qui n'a rien à voir avec la Méditerranée qu'il aime tant.L'heure du grand retour a sonné !

J'achète ce livre grand format à 18.95 €