Joe Simpson dénonce les intimidations des éditeurs au sujet des royalties

Julien Helmlinger - 11.01.2013

Edition - International - Alpinisme - Edition numérique - Random House


Après avoir décliné une offre à 25 % proposée par Random House, l'alpiniste et écrivain Joe Simpson lance finalement sa propre maison d'édition numérique. L'auteur miraculé de La mort suspendue, récit de son combat pour la survie après son accident survenu au cours de la descente du Siula Grande dans les Andes péruviennes, épopée adaptée au cinéma en 2003 par Kevin Macdonald, a dénoncé les intimidations de l'éditeur. 

 

 

Image tirée du film La mort suspendue

 

 

L'alpiniste estime avoir rencontré au sujet des royalties numériques un « différend énorme » avec son éditeur affilié au groupe Random House, Jonathan Cape. Il aurait par ailleurs déclaré : « Ils ont pensé qu'ils pouvaient me forcer à accepter des redevances à hauteur de 25%, même si 100% d'entre eux m'appartiennent. »

 

Cette question des royalties sur les livres numériques irrite régulièrement la communauté des auteurs, qui estiment que leur rétribution devrait être plus importante en raison d'une baisse des couts de production. Tandis que les droits d'auteur pour l'édition papier sont estimées en moyenne entre 10 et 15 %, elles peuvent grimper jusqu'à 25 % pour ce qui concerne l'édition numérique.

 

Dans une vidéo diffusée sur Youtube, Joe Simpson a déclaré : « Il semble que ce soit une tactique assez commune des grandes maisons d'édition, ils aiment intimider leurs auteurs, essentiellement en menaçant de ne plus les publier s'ils n'acceptent pas ces taux de redevances ridicules. »

 

« J'ai réalisé quand j'ai eu cette bataille avec eux que je n'avais pas besoin d'eux. Nous n'avons pas vraiment besoin d'eux autant qu'ils voudraient nous le faire croire. OK, ils ont tous une influence sur la commercialisation du livre et sa publicité, ils ont tous les éditeurs littéraires, des journaux et des magazines dans leurs poches, et ils peuvent mettre tout ça à profit, mais ils n'ont pas besoin de prendre 75 % de vos redevances pour le faire. »

 

C'est pourquoi l'écrivain a monté sa propre plate-forme d'édition numérique, DirectAuthors.com, avec la société de management Parliament Speakers. Actuellement en négociations avec d'autres auteurs, ayant d'ores et déjà signé avec l'ancien athlète olympique Derek Redmond, il entend reverser des royalties entre 40 et 50 % à ses partenaires et invite les écrivains à ne pas se laisser intimider par les éditeurs.

 

Au sujet du différend avec l'alpiniste, sans en faire une montagne, un porte-parole de Random House a déclaré : « Nous sommes déçus de ne pas avoir été en mesure de parvenir à un accord avec Joe au sujet de son édition numérique, mais nous continuons à publier ses livres en format physique. »

 

Random House n'a pas signé de nouveaux projets de livre avec Joe Simpson, selon le porte-parole de l'éditeur. Selon une étude de Nielsen, les ventes de l'auteur auraient chuté de 38 % en 2012 comparativement à l'année précédente.