Interopérabilité et TVA : l'impossible Europe des libraires

Antoine Oury - 15.04.2014

Edition - Librairies - John McNamee - EIBF - libraires européens


La Fédération des Libraires Internationaux et Européens (European and International Booksellers Federation, EIBF) s'est rassemblée lors de la Foire du Livre de Londres. Au programme, des rencontres interprofessionnelles, mais également un important changement à la tête de l'association. Le président depuis près d'une décennie, le libraire irlandais John McNamee, a en effet cédé sa place. L'occasion de dresser le bilan de plusieurs années de lobbying, et des actions à venir.

 


Olaf Winsløw (Association des Libraires Danois), Neelie Kroes, John McNamee, Fabian Paagman, Françoise Dubruille

 

 

Bien avant que des librairies physiques, en France, ne tentent de s'approprier le livre numérique en proposant une offre adéquate à leurs clients, l'EIBF s'emparait d'un sujet technique alors à peine évoqué. L'interopérabilité du livre numérique, et la possibilité pour les lecteurs de choisir librement le lieu où acheter leurs ebooks apparaît alors comme une étape indispensable pour permettre aux libraires indépendants de concurrencer les quelques grands revendeurs mondiaux.

 

Pour le président sortant de l'EIBF, « notre rapport sur l'interopérabilité a été une étape très importante, d'abord parce qu'il est très difficile d'expliquer aux institutions européennes pourquoi un monopole est dangereux pour l'industrie entière », explique John McNamee. Certes, l'élection du nouveau Parlement « obligera à recommencer le travail », mais ce rapport, malheureusement toujours d'actualité, fournira justement une base pour interpeller les autorités.

 

Le président sortant regarde avec bienveillance la récente législation sur les chargeurs de mobile, qui obligera les constructeurs à se conformer à certains standards techniques : « Ceci représente une aide pour nous, parce que les consommateurs étaient affectés par ces chargeurs. Et nous pensons de la même manière que les consommateurs sont affectés par le fait d'être enfermés dans un seul écosystème, comme cela est actuellement le cas dans le monde numérique. »

 

Un chantier encore gigantesque

 

Cependant, il y a eu quelques surprises à la Foire du Livre de Londres, notamment les explications relatives à la dernière directive européenne sur le règlement de la TVA dans le pays de l'acheteur d'un produit numérique, particulièrement problématique pour les petites librairies. « Je crois qu'une loi difficile à appliquer est une loi inadéquate », assure John McNamee, « et nous avons encore beaucoup de travail à accomplir, car le coût pour nos membres et les libraires est trop prohibitif ».

 

Des chiffres dévoilés par l'agence Nielsen au cours de la Foire de Londres révèlent que les ventes de livres numériques au Royaume-Uni sont à 95 % réalisées via un site pure-player, sans laisser planer de doute sur l'adresse Web de ce revendeur... Une situation de monopole qui interpelle l'EIBF, sans le tourner vers le défaitisme : « Le partenariat entre la Booksellers Association et Kobo a fourni les systèmes de ventes nécessaires, mais il reste très difficile pour une librairie d'être compétitive quand d'autres vendeurs sacrifient les prix pour des parts de marché. »

 

L'EIBF et l'IDPF (International Digital Publishing Forum), son homologue pour les éditeurs, travaillaient déjà de concert sur des sujets comme l'interopérabilité. John McNamee pense qu'il est nécessaire de multiplier ces collaborations, pour le bien de toute l'industrie livresque. « Les éditeurs doivent comprendre que perdre les librairies et de la visibilité en Europe est très négatif. Nous devons innover, et penser le commerce d'une manière différente. Je crois que les éditeurs doivent prendre leurs responsabilités, et peut-être penser à changer le modèle commercial vers un système de dépôt-vente », avance le président sortant.

 

Une solution « radicale », admet le libraire, mais « un modèle qu'il faudrait considérer. Un éditeur avec un entrepôt rempli de livres ne risque pas de les vendre. Je suis persuadé que des éditions exclusives pour les librairies constituent également une bonne piste. » Si deux vice-présidents de l'EIBF assurent pour l'instant l'intérim, le successeur de John McNamee devrait prochainement être nommé, et reprendre le long travail de lobbying.