Johnny Hallyday peut librement publier ses souvenirs (souvenirs...)

Julie Torterolo - 03.11.2015

Edition - Justice - Johnny Hallyday - biographie - diffamation


Depuis sa sortie chez Plon en 2013, la biographie de Johnny Hallyday, Dans mes yeux, est surtout connue pour les déboires judiciaires qu’elle a entraînés. Après avoir reçu 2 euros symboliques de la part de la maison d’édition l'année de la sortie de l'ouvrage, Adeline Blondieau décrite comme « vile », « hystérique », « volage » dans ledit livre avait porté plainte pour diffamation publique contre Johnny Hallyday et Amanda Sthers, les deux auteurs. La décision du tribunal est tombée aujourd’hui : l'ex-épouse du chanteur a perdu son procès. 

 

 

 

Renvoyé l’année dernière devant le tribunal correctionnel de Paris, le procès concernait plusieurs passages de l’autobiographie coécrite par le chanteur et Amanda Sthers. Pour rappel, en 2013, l’actrice de Sous le Soleil, mariée au chanteur en 1990 puis en 1994, avait poursuivi les éditions Plon pour quatre passages du livre. Passages que le Tribunal de grande instance de Paris avait refusé de retirer

 

Ce mardi 3 novembre, ce sont seulement 3 des quatre passages qui ont été passés au peigne fin par le tribunal. Alors que dans le premier Johnny Hallyday racontait avoir « été piégé par Adeline pour qu’il l’épouse », le deuxième décrit l'ancienne épouse du chanteur — défendue par son frère, avocat au barreau de Paris — comme un « serpent », une femme « hystérique », qui « le cocufiait tout le temps ». Et enfin, le troisième affirmait qu’Adeline Blondieau « aurait exercé un chantage ou tenté de le faire pour contraindre Johnny à lui laisser un appartement commun », rapporte l’AFP. 

 

Aucun n'a alors été qualifié comme diffamatoire par le tribunal. Pour le deuxième, par exemple, le tribunal a estimé que ce sont des « traits de caractère dont la démonstration ou la réfutation ne sont pas envisageables sur le terrain de la diffamation ». Quant à son infidélité — Johnny accusait dans son livre que l’actrice le « trompait avec tous les petits mecs de Saint-Tropez et jouait les saintes-nitouches » —, les juges ont estimé que « l’évolution des mœurs depuis plusieurs dizaines d’années ne permet plus de considérer une telle attitude comme portant atteinte à l’honneur ou à la considération ». De même pour le troisième, la juridiction a estimé que de tels faits ne sont pas punissables quand ils sont commis au préjudice d’un conjoint.

 

Des procédures à la médiatisation excessive 

 

Les juges n’ont pas manqué non plus de faire référence à leur procédure de divorce « conflictuelle et médiatisée, où chacune des parties a à cœur de défendre ses intérêts et est à même d’instrumentaliser la presse afin de préserver sa réputation tout en égratignant celle de l’autre, sans que le public soit à même de distinguer le vrai du faux, il n’apparaît pas que les pressions ainsi exercées, à supposer même qu’elles soient exactes, soient véritablement de nature à porter atteinte à l’honneur ou à la considération de la partie civile ». 

 

Le procès, qui s’est tenu le 22 septembre dernier, avait déjà fait l’objet d’une médiatisation excessive : Adeline Blondieau avait en effet accusé Johnny de l’avoir violée lorsqu’elle avait 15 ans. « Il m’a violée quand j’avais 14 ans, 15 ans, chez mes parents. [...] Il a abusé de moi. On n’en a jamais parlé lui et moi. » Elle brise ainsi « un secret très violent, mais qui nous liait aussi d’une certaine façon », avait-elle déclaré. Des propos qui, puisque lancés dans l’enceinte d’un tribunal lors d’une audience, jouissent d’une immunité et ne peuvent être poursuivis.  

 

L’avocat de Johnny Hallyday, absent à l’audience, avait alors répondu dans un communiqué : « Adeline Blondieau est coutumière de propos malveillants et répétitifs prononcés à l’encontre de mon client qui ne commentera pas ses nouvelles déclarations calomnieuses et grossières. » 


Pour approfondir

Editeur : Plon
Genre : musique
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782259218627

Dans mes yeux

de Johnny Hallyday, Amanda Sthers

" Johnny Hallyday existe dans nos vies, dans nos imaginaires, dans notre patrimoine depuis plus d'un demi-siècle. Il agace, il passionne, il divise, il galvanise, jamais il ne laisse indifférent. Il est notre seule star.

J'achète ce livre grand format à 16.90 €