Jonathan Coe, une interview, en attendant que la pluie tombe

Clément Solym - 12.01.2009

Edition - Société - Jonathan - Coe - interview


Le dernier livre de Jonathan Coe avait étonné la presse anglaise et le Guardian n'en avait pas cru ses yeux : si le nom de Coe n'avait pas figuré sur la couverture, personne n'y aurait cru.

Mais voilà, La pluie avant qu'elle tombe, qui est paru chez Gallimard, d'après une traduction de Jamila et Serge Chauvin, c'est tout un poème. Et encore une fois, le lecteur n'y retrouvera pas ses repères, pas plus qu'une vache n'y reconnaîtrait son veau.

Nos condisciples journalistiques de Télérama ont eu l'occasion de faire passer un interrogatoire en bonne et due forme au romancier. « À dire vrai, je ne pense pas au lecteur lorsque j'écris. J'essaie, bien entendu, de faire en sorte que le roman sur lequel je travaille soit distrayant et intéressant pour celui qui le lira, mais cela sans m'interroger précisément, au cours du processus d'écriture, sur qui sera ce lecteur, et sur ce qu'il désire. »

Comme ça, tout le monde est au clair. Mais pour en savoir plus, il faudra se rendre sur leur site.