José Alberto Gutierrez, l'éboueur qui sauve des livres et les redonne aux plus pauvres

Laurène Bertelle - 06.06.2017

Edition - Société - sauver livres poubelle - accès lecture pauvreté - éboueur livre colombie


Depuis 20 ans, le colombien José Alberto Gutierrez, 54 ans, éboueur dans la ville de Bogota, récupère des livres jetés aux ordures et les rassemble chez lui dans une grande bibliothèque gratuite. Une solution contre le gaspillage, certes, mais aussi une volonté de combattre la pauvreté et de défendre l'éducation des plus marginalisés.

 

Discards

(Photo d'illustration, Tom Magliery, CC BY-NC-SA 2.0)


 

Enfant, José Alberto Gutierrez n’a pas pu aller plus loin que l’école primaire, par manque d’argent. Toutefois, sa mère lui lisait régulièrement des livres, si bien que José a développé une véritable passion. Aujourd’hui, il est éboueur, et habite dans le quartier ouvrier de Bogota, Nueva Gloria.

 

La richesse ne vient pas forcément avec l’argent, et le cinquantenaire le sait. Il y a 20 ans, il a commencé à récupérer dans les quartiers les plus aisés de Bogota, lors de sa collecte des ordures, des livres voués à être jetés. Il les a regroupés chez lui, et les a mis à disposition, d’abord de ses voisins, puis de la population, en créant une bibliothèque gratuite qu’il a nommée « La fuerza de las palabras », soit « La force des mots », ouverte à ceux qui souhaitaient repartir avec un peu de lecture.
 

Le livre vert : offrir une seconde vie aux livres

 

Son action a connu une médiatisation depuis quelques années, les médias locaux le surnommant « le Seigneur des livres ». José a notamment été invité à plusieurs grands salons du livre, et a reçu un nombre de dons démesuré. Aujourd'hui, 90 m2 de son rez-de-chaussée accueillent plus de 25 000 livres, dont la majorité ne proviennent plus des ordures mais de donations.

« C'est une jolie malédiction : plus nous offrons de livres, plus il nous en arrive », explique-t-il à l'AFP, à qui il a présenté une pièce remplie de livres de fond en comble, avec simplement un chemin étroit pour y circuler.

 

José et sa famille sillonnent même désormais la Colombie pour aller distribuer des livres dans les régions défavorisées ou isolées. A ce jour, plus de 235 lieux ont reçu l'aide du « Seigneur des livres ».

 

Les livres contre la pauvreté et la marginalisation

 

Mais derrière l'aspect comique de ce surnom, il y a dans l'action de José Alberto Gutierrez une volonté de combattre la pauvreté par l'éducation. Sa première contribution, il l'a faite à l'école de son quartier, qui n'avait pas de bibliothèque avant son arrivée, explique le journal Al Jazerra. « Ce quartier était très misérable. J'ai grandi ici et je peux vous dire que ça m'a donné un diplôme en marginalisation et pauvreté. Les enfants d'ici n'ont pas d'endroit pour étudier, alors ils doivent travailler tôt à la place », explique le Colombien. 

 

Selon l'agence The Associated Press qui avait consacré un article sur Jose en 2015, la capitale de la Colombie comptait il y a deux ans 19 bibliothèques publiques pour une population de 8,5 millions d'habitants, mais bien souvent situées trop loin des quartiers les plus pauvres. Les livres apparaissent donc comme un trésor pour les enfants qui n'ont pas les moyens d'en acheter, expliquait alors José Alberto Gutierrez.