José Artur, la voix libre du Pop Club, s'est éteinte

Nicolas Gary - 24.01.2015

Edition - Société - José Artur - France Inter - Le Pop club


L'animateur de radio, José Artur, est décédé à l'âge de 87 ans, suite à une hospitalisation qui aura duré une quinzaine de jours. Ce samedi 24 janvier, c'est son fils David Artur qui a transmis l'information à l'AFP. Célébrissime pour son émission Le Pop club, au ton libre et drôle, José Artur avait débarqué en 1951 sur France Inter.

 

 

 

L'accident vasculaire cérébral aura emporté une grande voix de la radio. Il débuta avec la matinale de France Inter, mais c'est le 4 octobre 1965 qu'il entama cette émission phare, Le Pop club. Durant une quarantaine d'années, la liberté d'expression et de ton, se retrouvaient dans le salon Louis Deluc du Fouquet's, sur les Champs Elysées. 

 

« J'ai rencontré la terre entière, j'ai l'impression d'être un monument du patrimoine français vivant. À l'âge que j'ai, on ne peut plus me contredire », assurait l'animateur. Dans le livre publié aux éditions Michel Lafon, en 2009, il écrivait : « J'agressais, en jouant du contre-pied comme d'une arme, pour sortir mes invités de leurs appréhensions, obtenir des ripostes “naturelles” et faire oublier le micro. »

 

 

 

 

Il raccrocha sa casquette en 2005, laissant une trace indélébile dans la radio. Une voix, une grande, s'est effectivement tue. Sa carrière compte également de nombreuses interventions au cinéma, notamment avec Costa-Gavras pour Z en 1969), avec Jean Yanne pour Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ en 1982) et avec Claude Lelouch Il y a des jours et des lunes, 1990.

 

Retrouver José Artur en librairie

 

Il a publié plusieurs ouvrages, humoristiques, pour beaucoup, mais également des titres racontant son voyage et son aventure – Micro de nuit, chez Stock, ou Parlons de Moi, y'a que ça qui m'intéresse. Dans le dernier, Au plaisir des autres, il revenait sur toute une carrière  

Un livre d'atmosphère, écrit par un jeune octogénaire à la culture impressionnante. Un texte plein de fantaisie, d'insolence et de causticité, mais sans méchanceté gratuite : le véritable humour.

Au fil des pages, les souvenirs affluent, retraçant le climat des interviews au bar huppé du Fouquet's, « transformé par les facéties de José Artur en temple de l'intelligence » (Le Monde). 

Avec les anecdotes « off record », les réflexions de l'auteur, les thèmes d'actualité où voisinent le théâtre, l'opéra, le cinéma, les variétés, la peinture ou la politique, sur quatre décennies.

 

La SCAM, qui lui avait décerné un grand prix pour son oeuvre en 2010, écrit : « Au-delà de son émission culte, on a pu le découvrir à l'écran dans des seconds rôles sous la direction de ses amis cinéastes Costa Gavras, Claude Lelouch, Jean Yanne, ou encore Philippe Lioret. Il publie également plusieurs ouvrages, Micro de nuit ou Parlons de Moi, y'a que ça qui m'intéresse et Au plaisir des autres, son dernier ouvrage où il revient sur ses 40 ans de carrière au micro de France Inter. Le mois dernier encore, du haut de ses 87 ans, c'est dans L!ve magazine,  sur la scène de la Gaîté Lyrique, que l'éternel conteur qu'il était nous ravissait de son allure gouailleuse et de ses anecdotes goutues.

 

Un grand intervieweur, un ton libre et enjoué, une voix qui frise l'insolence, un humour caustique parfois féroce, l'homme à l'écharpe blanche a porté beau et continuera de porter haut dans nos mémoires des valeurs aujourd'hui remarquées et malheureusement remarquables: Humour, Culture, Liberté de ton et d'expression. »

 

Pour la Saint-Valentin, Radio France publiera un recueil, Flirtissimo, les heures coquines de la radio, autour de l'émission Flirt, que José Artur avait conçue. Diffusée entre 69 et 70, il s'agissait d'un « jeu de rôles ou la séduction est à son apogée grâce à la magie de la radio. Petit flirt en direct avec José Artur et son invitée, dont l'identité ne lui est révélée qu'en fi n d'émission s'il ne l'a pas déjà découverte ! Un suspens érotique ! »