Joseph Blotner, spécialiste de Faulkner, est décédé

Clément Solym - 26.11.2012

Edition - Société - Joseph Blotner - Faulkner - biographe


Il fut comme le fils spirituel de Faulkner, et se mit finalement lui aussi à écrire. Joseph Blotner, âgé de 89 ans, spécialiste de William Faulkner (avec l'écriture d'un volume de 2115 pages), est décédé le 16 novembre à Oakland, en Californie.

 

 

 

 

William Faulkner avait précisé qu'il voulait comme épitaphe : « Il a fait ses livres et il est mort ». Ce fut un peu le cadre de vie de Joseph Blotner qui a consacré à l'écrivain une biographie de 2 115 pages, exigeant 10 ans de recherche et d'écriture. Aujourd'hui, l'ouvrage est devenu une source de référence sur le lauréat du prix Nobel.

 

L'œuvre historique et sociologique établie par Joseph Blotner s'est appuyée sur un accès aux documents personnels de Faulkner et sur des lettres que la famille de l'écrivain avait octroyées au biographe. S'y rajoute la relation personnelle que Blotner entretenait avec son idole littéraire. Selon The Chronicle of Higher Education, cette biographie est « magnifique », selon The Chicago Tribune, « indispensable ».

 

En tout, Blotner a écrit, édité et contribué à une douzaine de livres sur Faulkner. Il a également enseigné à l'Université de l'Idaho, l'Université de Virginie, l'Université de Caroline du Nord et à l'Université du Michigan. En tant que professeur associé à l'Université de Virginie, Blotner avait même suggéré à l'établissement de prendre l'écrivain en résidence en 1957, en faisant valoir que sa nomination saurait ajouter du prestige à l'Université. Colgate W. Darden Jr., président de l'époque, a répondu : « L'Université de Virginie a un prestige suffisant sans William Faulkner ». Faulkner aurait fini par venir, attiré davantage par la présence de la famille proche que par le salaire dérisoire.

 

Après avoir rencontré Faulkner, Blotner a commencé à partager avec lui des histoires de guerre dans un petit groupe qu'ils ont appelé Confederate War Officers Club. C'est à la mort de Faulkner en 1962, que la famille de l'écrivain a demandé à Blotner d'écrire sa biographie.

 

« Faulkner a laissé beaucoup de mensonges », explique George Garrett, retraité de l'Université de Virginie, lors d'une interview. « Blotner a dû déblayer une grande quantité de débris pour savoir ce qui était vrai et ce qui était seulement dit et écrit pour le plaisir et pour le jeu ». Dans un essai, Blotner avoue que ce n'était guère facile de discuter avec lui : « c'était apprendre un nouveau mode de communication. Il n'éprouvait pas le besoin de s'engager dans une conversation juste pour le plaisir de parler. Il était un maître de l'évasion ».

 

Dans l'ensemble, le biographe a donné peu de place aux croustillants épisodes des histoires d'amour de Faulkner, et à ses beuveries presque suicidaires. Et certains critiques alors de se plaindre que Blotner n'ait pas réussi à connecter l'œuvre de Faulkner avec sa vie chaotique. Cependant, l'un des plus beaux cadeaux que le biographe a pu recevoir, fut l'une de ces anecdotes : « Lorsque Blotner  a rendu visite à Faulkner dans un hôpital vers la fin de sa vie, une infirmière a demandé à M. Faulkner si Blotner était son fils. « Mon fils spirituel », a-t-il répondu.