Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Journaux, magazines, Disney en streaming : OverDrive met le paquet

Antoine Oury - 12.02.2015

Edition - Bibliothèques - OverDrive Barnes & Noble - films Disney streaming - États-Unis Royaume-Uni


Présenté comme l'Amazon du prêt en bibliothèques, le fournisseur de contenus OverDrive fut parmi les premiers à proposer une offre de livres numériques. Concurrencé par 3M ou Baker & Taylor, le service a su garder une longueur d'avance. Un millier de périodiques viennent de rejoindre son offre à destination des bibliothèques, ainsi que des films Disney, principalement issus de la longue traîne du producteur.

 

 

Overdrive Digital Bookmobile

OverDrive, poids lourd du service aux bibliothèques (Megan, CC BY-SA 2.0)

 

 

L'ajout d'un millier de périodiques, magazines et journaux au format numérique avait été annoncé en octobre dernier, en partenariat avec Barnes & Noble's Nook Media, filiale numérique de la chaîne de librairies américaine. Les bibliothécaires britanniques et américains peuvent à présent acheter les licences de ces publications, et les proposer aux usagers. 

 

L'offre comporte quelques grands titres, dont Glamour, The New Yorker, Reader's Digest ou WIRED. L'accès à ces titres sera toutefois réservé aux possesseurs d'un compte Nook, pour pouvoir utiliser l'application de la boutique : pour découvrir les titres, les usagers devront donc obligatoirement s'inscrire, et fournir leurs coordonnées bancaires à la librairie partenaire. Par ailleurs, les magazines seront exclusivement lisibles sur tablettes, ou smartphones.

 

L'étendue et les conditions de l'offre n'ont pas été précisées par OverDrive : difficile de savoir si d'anciens numéros seront disponibles, ou si les magazines pourront être conservés, une fois téléchargés. Étant donné que le service Zinio propose ces fonctionnalités, OverDrive se sera probablement aligné sur la concurrence.

 

Le fournisseur a également fait part de l'arrivée prochaine d'un service de vidéo en streaming utilisant les fonds des studios Disney. À l'exception de The Muppet Movie, les quelques titres cités ne font pas vraiment envie, et il semble que la longue traîne du producteur ait été privilégiée. Diffusée au sein des établissements ou accessible sur les appareils des usagers, la collection d'une centaine de vidéos pourra probablement être étendue si jamais l'expérience se révèle fructueuse. Elle n'est toutefois réservée, pour le moment, qu'aux établissements des États-Unis et du Canada.