Journée mondiale : Se tenir droit… ensemble pour le droit d’auteur

Nicolas Gary - 22.04.2016

Edition - Société - journée mondiale - Cervantes Shakespeare - droit auteur


Sous le thème « Se tenir droit… ensemble pour le droit d’auteur », la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur invite la population du Québec et des régions francophones du Canada à participer aux différentes activités qui se dérouleront à travers le pays. La directrice générale par intérim, Frédérique Couette, a également partagé un texte, reproduit ici dans son intégralité.

 

 

 

 

 

En octobre 1995, l’UNESCO déclarait le 23 avril Journée mondiale du livre et du droit d’auteur. Pourquoi le 23 avril ? Plusieurs événements sont associés à cette date, notamment la disparition, en 1616, de Cervantès et de Shakespeare. Au Canada francophone, les efforts concertés de plusieurs associations font de cette journée une célébration du livre et du droit d’auteur et des centaines d’activités sont offertes un peu partout au pays.

 

Mais pourquoi livre et droit d’auteur ? Parce que ces deux éléments sont intimement liés. Le droit d’auteur permet au livre de fleurir en assurant à ses artisans un salaire pour le travail accompli. En effet, un livre est un labeur de longue haleine. Une fois l’écriture du manuscrit terminé, ce précieux objet passera ensuite entre bien d’autres mains avant d’être, enfin, partagé avec tous. Mais, pour reprendre les mots de l’éditeur Antoine Gallimard, « une œuvre disponible pour tous n’appartient pas nécessairement à chacun ».

 

Le droit d’auteur permet qu’un lien perdure entre l’auteur et son œuvre diffusée sur de multiples plateformes. Le droit d’auteur, lorsqu’il est respecté et valorisé, nous donne l’assurance que les créateurs pourront ainsi continuer à nous instruire, à nous surprendre, à nous émerveiller en étant assurés de recevoir une juste compensation pour le travail réalisé. Cette année, faites une fleur à un auteur : achetez une de ses œuvres et faites-vous le défenseur de ses droits !

Frédérique Couette

 

 

Copibec désirait également souligner l’événement de façon spéciale cette année et s’est tournée vers Bertrand Laverdure, Poète de la Cité, qui a accepté d’écrire un poème pour l’occasion.

 

REVENU DE LIBERTÉ

 

Nous sommes « propriétaire(s) du présent »*
et coureurs de fonds.
Nous sommes paroles longues et brèves
et assembleurs d’histoires toniques.
Les cerveaux en service sont plus que remplisseurs de serveurs.
Nous souhaitons une juste rétribution.
Nous savons que les enjeux sont complexes
mais nos cœurs sont convaincus.
Publier, c'est plus qu’être libre
c’est revenir de la liberté avec un revenu.

Bertrand Laverdure, 2016


*Inspiré du titre : Le propriétaire du présent, Roger Des Roches, poésie, Les Herbes rouges, Montréal, 1996