Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

JRR Tolkien : "Ce petit excité imbécile qu'est Adolf Hitler"

Antoine Oury - 29.04.2014

Edition - Société - J.R.R. Tolkien - aryen - racisme


Avec les années et le succès, les intentions initiales d'un auteur sont parfois déformées par les lecteurs. Ainsi, une certaine interprétation du Seigneur des Anneaux voulait que l'épopée soit fondamentalement raciste : la menace vient de l'Est, ce qui viserait les populations arabes, tandis que les races pures, Elfes en tête, sont contraintes de s'allier pour éradiquer la menace. J.R.R. Tolkien n'avait toutefois qu'une seule envie, se tenir le plus loin possible de ces idées plus nauséabondes que la caverne d'un troll. 

 

J.R.R. Tolkien (Berluchonabj, CC BY-SA 3.0)

 

 

Dès la publication du Hobbit, en 1937, les écrits de J.R.R. Tolkien sont devenus convoités par les maisons d'édition autour du monde. D'abord publié au sein de la maison britannique George Allen & Unwin, il a rapidement attiré l'attention de l'éditeur Rütten & Loening, dont le siège était situé en plein Berlin.

 

La capitale allemande, comme le reste du pays, sombrait tout doucement dans un certain 3e Reich, et celui-ci annonçait un âge plutôt sombre de l'Histoire allemande. J.R.R. Tolkien suivait avec attention la situation politique du pays, mais a probablement bondi de sa chaise lorsque l'éditeur lui a demandé de prouver ses « ascendances aryennes », afin d'être publié.

 

Sa réponse, rédigée le 25 juillet 1938, vaut son pesant d'anneaux uniques :

Chers Messieurs,

 

Merci pour votre lettre. Je ne suis pas certain de bien saisir ce que vous entendez par « arisch ». Je ne suis pas d'origine aryenne, plutôt indo-iranienne, de ce que j'en sais, mes ancêtres ne parlaient ni l'hindou, ni le perse, ni le bohémien, ou tout autre dialecte. Mais si je comprends bien, vous vous demandez si j'ai des origines juives, et je ne peux que regretter de ne pas avoir d'ancêtres parmi ces gens talentueux. [...] J'ai pris l'habitude de considérer mon nom allemand avec fierté, y compris après cette regrettable guerre [la Première Guerre mondiale, NdR] où j'ai servi dans l'armée anglaise. Je ne peux, toutefois, m'empêcher de remarquer que si des requêtes aussi impertinentes et stupides deviennent la règle en matière de littérature, un nom allemand ne sera bientôt plus une source de fierté.

 

Votre demande vous permet sans doute de vous conformer aux lois de votre pays, mais il est délicat de tenter de l'appliquer à des citoyens d'un autre pays, et ce, même si cette demande avait (et elle ne l'a pas) une quelconque influence sur le sérieux de mon travail et sa pertinence quant à une publication, que vous semblez avoir déduit vous-même sans connaître mes Abstammung. [origines, en allemand dans le texte, NdR]

Quelques années plus tard, l'histoire lui ayant donné raison, Tolkien ne pourra que se désoler de la mauvaise réputation que le 3e Reich accole aux peuples du Nord, mais aussi à la mythologie d'où Tolkien tirait son inspiration. « J'ai, dans cette guerre, une rancune personnelle et tenace envers ce petit excité imbécile qu'est Adolf Hitler. Il détruit, pervertit, souille et maudit à jamais ce noble esprit des hommes du Nord, une contribution inestimable à l'Europe, que j'ai toujours aimée et essayée de présenter dans sa véritable lumière », écrit-il à son fils Christopher en 1941.

 

 

Par Yohann Viglino (ActuaLitté, CC BY-SA 2.0)

 

 

(via Open Culture)