Justice : Un livre numérique qui dérange l'éditeur du papier

Clément Solym - 28.12.2011

Edition - Justice - ebook - droits - auteur


Les conflits de ce genre vont bien réussir à se multiplier. D'un côté, les auteurs veulent des revenus sur les ventes numériques supérieures à ce qu'ils perçoivent actuellement... Quand de l'autre, les éditeurs détenant les droits papier entendent faire valoir les droits numériques itou. Joyeux bazar en perspective.

 

C'est ainsi que l'éditeur OpenRoad Media a fait signer plusieurs auteurs déjà, pour la publication de versions numériques de leurs titres. On compte ainsi Alice Walker, qui propose La couleur pourpre, ou plus récemment, le témoignage de Michael Chabon, faisant état des contrats bien plus profitables passés avec cet acteur numérique. 

 

Ainsi donc, OpenRoad passe un accord avec Jean Craighead George, pour la publication de son titre, Julie of the Wolves. Sauf que l'auteure avait manifestement signé un avenant accordant les droits de son ouvrage à HarperCollins. Ce contrat, remontant à 1971, allait bien au-delà de ce qui se fait de nos jours. Et l'éditeur HC détiendrait non seulement les droits pour la couverture, mais également pour la version numérique du livre, par le biais d'une petite phrase présente dans le contrat : 

 

“computer, computer-stored, mechanical or other electronic means now known or hereafter invented”

 

Étonnant, évidemment, et bien plus encore, difficile à avaler, alors qu'en 1971, la micro informatique balbutiait à peine - pour mémoire, l'Apple II fut lancé en 1977, et reste considéré comme le premier ordinateur familial. Alors la lecture numérique à l'époque, cela devait passer bien loin des préoccupations des éditeurs. 

 

Reste que la publication d'un livre numérique entrerait en violation des accords passés à cette époque entre l'auteur et l'éditeur, qui fait aujourd'hui valoir ses droits. Selon les motifs de la plainte, OpenRoad n'a aucune légitimité à publier une version de la sorte, sachant que HC dispose des droits numériques contractuellement. 

 

Et comme le livre en format papier s'est vendu à 3,8 millions d'exemplaires depuis sa publication, les ventes numériques pourraient tout à fait, d'abord bénéficier de la promotion réalisée à l'époque, mais également, entrer en concurrence directe avec l'ouvrage papier. De quoi démontrer que personne n'est encore clair sur les positions ebook-pbook où que ce soit.

 

Seul HC serait donc en position de commercialiser une version numérique, et l'éditeur cherche donc à empêcher la sortie à tout prix. Cependant, OpenRoad explique n'avoir pas encore pris connaissance de ladite plainte, et assure avoir obtenu les droits numériques de l'auteur directement. C'est probablement là que le bât blesse : l'auteure, ignorant qu'elle était liée à HC sur ce format de publication aura accordé sans y penser à OpenRoad de pouvoir vendre son ebook. 

 

Mais clairement, HC ne l'entend pas de cette oreille...

 

Ce qui coince, c'est que le livre est tout de même disponible depuis août 2011 dans sa version numérique, et que six mois pour réagir, on se demande bien ce que cela peut signifier... De plus, en l'absence de réaction de la part de Jean, il est facile de se demander si elle n'a pas opté pour OpenRoad parce que les conditions de son éditeur papier n'étaient pas satisfaisantes - voire que l'éditeur tardait à proposer la version numérique.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.