Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Karachi, l'enquête impossible : le constat amer du député Bernard Cazeneuve

Clément Solym - 05.05.2011

Edition - Les maisons - Karachi - enquête - impossible


Après avoir rempli les fonctions de rapporteur dans la mission parlementaire qui devait faire toute la lumière sur l’attentat de Karachi, le député-maire Bernard Cazeneuve publie un livre amer sur cette « enquête impossible » (aux éditions Calmann-Lévy, 200 pages, 18 €).

Le maire de Cherbourg, ville dont provenaient les onze Français tués lors de l’attentat de 2002, entend malgré tout faire ainsi part de son point de vue et surtout pointer du doigt les incohérences d’un système.

En effet, tout en mettant en place une commission parlementaire pour faire éclater la vérité, concrètement, il était impossible qu’on révèle l’ensemble des pièces du dossier. A chaque fois qu’on poussait une porte, une autre se refermait. Chaque pouvoir se murait dans ses prérogatives, empêchant ainsi, de fait, l’enquête d’avancer.


Que ce soit pour la justice, au ministère de l’Economie ou encore dans celui de la Défense, de bonnes raisons étaient toujours données pour bloquer la diffusion des documents nécessaires à l’enquête. La commission parlementaire n’ayant pas de réels pouvoirs, aucune pression n’était possible.

Au sein de ce livre, Bernard Cazeneuve dépasse le simple cadre de l’affaire Karachi pour s’interroger sur le fonctionnement de l’ensemble du système de secret-défense qui finit par s’appliquer à tout et n’importe quoi. Une fois l’expression posée, tout est bloqué.

En somme, c’est un climat qu’entend dénoncer le député, donnant à voir le mépris dans lequel les membres de la commission parlementaire ont souvent été tenus. Le rapport rendu en mai 2010 ne pouvait être finalement que le reflet d’un cadre flottant, empêchant la tenue de toute enquête sérieuse et cohérente.