Ken Livingstone : l'homme politique aux pratiques polygames

Clément Solym - 31.10.2011

Edition - Société - livingstone - femmes - autobiographie


Dans sa nouvelle autobiographie, You Can't Say That, l'ancien maire de Londres Ken Livingstone révèle qu'il a aidé deux de ses amies à tomber enceinte.

 

You Can't Say That fourmille de petits ragôts, de" gossip" comme on dit en Albion, dont les Anglais sont si friands. À croire que les maires de Londres ont quelques sexual disorders, après que le maire Boris Johnson ait été accusé d'enchaîner les liaisons et d'avoir eu des enfants hors mariage.
 

Malgré son apparent désir de montrer sa personnalité généreuse, Ken reste néanmoins dans le domaine du salace, puisqu'il y révèle avoir donné son sperme à deux de ses amies, bien qu'il fût en couple avec Kate Allen.
 
La première est une journaliste, Philippa Need, qui eut bien une fille en août 1990 et un fils en septembre 1992. La deuxième est une enseignante, Jan Woolf, qui donna naissance à un garçon en novembre 1992, très peu de temps après celui de Mlle Need donc. M. Livingstone vivait ainsi avec une femme, et en a engrossé deux autres presque simultanément.
 
Après la fin de sa relation avec Allen, Ken s'est mis en couple avec la journaliste Emma Beal (une autre journaliste, que de connivences ma foi), avec qui il a eu deux autres enfants.
 
Apparemment, le dénouement de ces histoires est plutôt heureux vu que la grande "famille" de Livingstone se retrouve souvent pour les vacances d'été, tous ensemble.  
 
Un peu glauque ce besoin de se reproduire si vite et avec tant de femmes. Tiens, ça me rappelle quelqu'un...