Le livre numérique tarde à décoller au Kenya

Julie Torterolo - 25.09.2015

Edition - International - Kenya - Foire internationale du livre - ebook


Pour la 18e Foire internationale du livre de Nairobi, capitale du Kenya, le numérique est à l’honneur. Avec un thème « Twende digital » (« Allons vers le numérique »), la manifestation — qui débuté le 23 septembre dernier — entend bien démontrer les vertus de ce nouveau format, qui tarde à s’installer dans le pays.​

 

Sam Churchill, CC BY 2.0

 

 

Le Kenya possédant l’un des taux d’alphabétisation les plus élevés d’Afrique, la littérature occupe une place de choix dans le pays. Pourtant, les lecteurs kenyans ne manifestent pas un enthousiasme débordant pour les livres numériques. Avec la ferme volonté de remédier à la situation, la Foire internationale du livre de Nairobi, qui se déroulera jusqu'au 27 septembre, a alors mis les ebooks au coeur de sa 18ème édition, avec pour thème « Twende digital ». 

 

Le pays ne manque cependant pas d'initiatives : en 2012, le portail en ligne eKitabu, avait été lancé par Digital Divide Data (DDD) au Kenya, avec près de 250 000 titres disponibles sur n'importe quel téléphone Android, tablette ou ordinateur. Leur but était bel et bien de devenir l’Amazon de l’Afrique.

 

Aujourd’hui devenu le premier distributeur d’ebooks, il ne parvient pas à faire adhérer les Kenyans aux livres numériques. « Les gens n’ont pas vraiment les informations nécessaires pour savoir comment se procurer des ebooks, et surtout certaines personnes ne disposent pas assez d’informations sur comment utiliser les dispositifs qui permettent de les lire. Pour que vous soyez en mesure d’utiliser un livre électronique, vous avez besoin d’un appareil. Pour tous ceux qui ont des problèmes avec la technologique, il est donc assez dur d’envisager d'utiliser des e-books », explique Mercy Kirui, directrice des publications chez eKitabu à Voice of America.

 

Du côté des jeunes, c’est une tout autre histoire. « Il suffit de prendre un livre et en feuilletant les pages, il devient ennuyeux, mais lorsque vous surfez du bout des doigts, vous trouvez ça tout de suite plus amusant », déclare une adolescente Belvin Samkul. Télécharger un livre sur un smartphone, moyen de lecture de plus en plus répandu en Afrique, est bien souvent moins onéreux que l’achat d’un livre papier. La jeune génération pourrait ainsi être plus facilement sensibilisée à cette 18ème édition de la Foire internationnale du livre organisée par la Kenya Publishers Association.

 

Toujours est-il que le livre papier reste encore le format favori au Kenya. Un libraire d’occasion Charles Odipo explique ainsi vendre plus de 100 livres par jour. « La plupart des gens aiment lire des livres papier parce que, après la lecture, ils peuvent le garder pour le relire plus tard. Ils le gardent aussi pour leurs enfants afin qu'à l'avenir ils puissent voir ce qu'ils avaient l’habitude de lire, je pense en particulier aux livres de développement personnel, mais je pense aussi que tous les livres ne peuvent pas tenir dans un téléphone », a expliqué Charles Odipo à Voice of America. 

 

The 18th Nairobi International Bookfair began in earnest yesterday. Today 24th September is the opening ceremony which will be officiated by the ICT CS Dr. Fred Matiang'i from 10am

Posted by Kenya Publishers Association on mercredi 23 septembre 2015