Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Kering, ex-PPR, met la Fnac en Bourse

Antoine Oury - 18.04.2013

Edition - Economie - Fnac - PPR - Alexandre Bompard


Le groupe PPR (Pinault-Printemps-La Redoute) se rebaptisera Kering le 18 juin 2013, mais ne changera pour autant rien à ses plans : l'introduction en Bourse de la Fnac est désormais bel et bien fixée au 20 juin prochain. Le groupe recentrera son activité sur le luxe et le sportswear, tandis que l'enseigne mettra désormais l'accent sur le e-commerce, puisque ses ventes en magasins reculent.

 


La FNAC

dennis and aimee jonez, CC BY-SA 2.0

 

 

Puisqu'aucun repreneur ne s'est manifesté pour la reprise de la chaîne de magasins Fnac, le groupe PPR a décidé d'effectuer une scission, manoeuvre économique qui consiste à distribuer aux actionnaires de PPR des actions de l'entreprise Fnac lors de son entrée en Bourse, à raison d'une action pour 8 titres PPR détenus. Libre à eux, ensuite, de vendre les actions en Bourse.

 

L'enseigne se retrouvera donc partagée en 15 764 588 actions, réparties entre Artemis, la société qui rassemble les participations du groupe Pinault-Printemps-La Redoute, et d'autres fonds d'investissement. 

 

À voir si cela permet de redorer le blason de l'enseigne, qui affiche un chiffre d'affaires de 4 milliards €, en baisse de 2,5 %. Et surtout des profits en chute de 22 %, une tare qui ne pardonne pas auprès des investisseurs. Le site fnac.com sera ainsi mis en avant comme un acteur rompu à la concurrence du e-commerce, et qui pèse pour 14 % des ventes de la Fnac.

 

Artemis s'est engagée à conserver pour 2 ans au moins ses actions Fnac, mais rien ne dit que les actionnaires qui réceptionneront les actions ne vont pas chercher à s'en débarasser au plus vite, étant donné la mauvaise situation des enseignes culturelles, qu'il s'agisse de Chapitre ou de Virgin.