Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Kickstarter a atteint les 100 millions $ de financement pour sa catégorie "édition"

Orianne Vialo - 29.08.2016

Edition - International - kickstarter financement édition - édition financement participatif - édition contribution kickstarter


La société de crowdfunding Kickstarter vient de franchir un palier décisif depuis la création de l’entreprise, en avril 2009. La catégorie dédiée à l’édition vient de franchir les 100 millions $. Selon la community manager, Margot Attwell, « Kickstarter a joué un rôle clé dans le maintien de la diversité dans l’édition, le financement des projets lancés par des personnes de couleur, ou même appartenant à la communauté gaie, qui ne sont pas toujours bien représentés dans l’édition ».

 

 

Le nombre total de projets financés sur Kickstarter

 

 

Margot Attwell a également indiqué que les campagnes de financement avaient un impact positif sur le marché actuel de l’édition de la plateforme. Selon elle, les éditeurs indépendants utilisent le service pour financer l’édition d’un seul titre. D’autres éditeurs, comme l’éditeur américain IDW Publishing, spécialisé dans la publication de bandes dessinées, romans graphiques et comics, ont basé leur modèle économique autour du financement participatif. 

 

Les anthologies font partie des ouvrages que l’on retrouve le plus sur la plateforme Kickstarter, car les éditeurs ont peur d’enregistrer de trop faibles ventes. Ces projets sont entièrement financés ou du moins menés à bout dans 65 % des cas. Depuis 2009, ils ont permis aux créateurs de campagnes de financement de récolter plus de 1,2 million $. 

 

Le domaine de l'édition fait partie des thèmes qui enregistrent le taux de réussite le plus faible pour les financements participatifs

 

 

Inversement, il s'agit de la catégorie qui réunit le plus grand nombre de projets financés intégralement 

 

 

Kickstarter : un moyen pour les auteurs d'attirer l'attention d'éditeurs traditionnels 

 

Pour les écrivains et les auteurs de comics, le financement sur Kickstarter a permis d’attirer l’attention d’éditeurs traditionnels – chose qu’ils n’arrivaient pas à faire. Les journalistes assurent également que ces financements leur ont garanti une liberté réelle pour leur média.

 

En général, les créateurs assurent que la plateforme « leur a donné l’indépendance créative dont ils n’auraient pas été en mesure de profiter, par d’autres moyens de financement, et leur a permis de mettre en place leur projet sans compromettre leur vision ». 

 

Globalement, le crowdfunding reste une façon pour les particuliers ou les associations d'amasser les fonds nécessaires pour la réalisation ou le maintien de projets dans l'édition. En janvier dernier, la série Lastman, avec Balak au scénario, Michaël Sanlaville et Bastien Vivès au dessin, s’est lancée sur Kickstarter, pour faire aboutir le projet de dessin animé. Grâce au soutien et l'aide du public, les organisateurs ont pu réunir assez d'argent pour produire et réaliser six épisodes de la série. 

 

L'auteur de Fight Club, Chuck Palahniuk, a même eu recours à la plateforme Kickstarter en mai dernier pour réunir les fonds nécessaires à l'adaptation de son roman Berceuse (éd. Gallimard, traduit par Freddy Michalski, 2003) au cinéma. La campagne devait lui permettre de réunir 250.000 $. C'était sans compter la participation massive des contributeurs, qui ont permis à la campagne d'atteindre son objectif.

 

Et de loin. L'objectif a été dépassé à 162 %, pour un montant de contributions de 405.189 $, soit 155.198 $ de plus que la somme initialement espérée par l'auteur.