Kickstarter rationalise ses procédures de crowdfunding

Clément Solym - 24.09.2012

Edition - International - Kickstarter - Crowdfunding - Financement


Le site internet Kickstarter.com qui fonctionne selon le système de crowdfunding affine sa mission et ses procédures, après quelques critiques quant aux retards de certaines entreprises financées via la plateforme. De nouvelles directives de politique ont été émises cette semaine, pour rendre les projets plus équitables à l'égard des bailleurs de fonds. Ce resserrement d'exigences sera notamment caractérisé par la prise en compte d'une évaluation des risques et des défis inhérents aux ambitions des entrepreneurs.

 

 

Les créateurs de projets devront désormais répondre à de nouvelles questions sur le site internet, et renseigner objectivement quels sont les risques liés à leurs entreprises, ainsi que les qualifications mises en oeuvre pour atteindre leurs objectifs. Les bailleurs de fonds pourront alors évaluer l'honnêteté et la viabilité des programmes en développement.

 

Selon une étude publiée par la Wharton School of Business, de l'Université de Pennsylvanie : à Austin, plus le financement d'un projet a reçu de fonds, et plus il est probable qu'il soit retardé. Les créateurs de produits devront désormais fournir des photos contractuelles avec l'état de leurs avancements et non plus de simulations anticipatrices. Une démonstration ancrée dans le présent, pour éviter d'hameçonner le bailleur de fonds à renfort de promesses intenables. 

 

Les entreprises de conceptions matérielles où de produits se voient également interdire d'offrir de multiples quantités de récompenses. Au lieu de cela, ils pourront offrir des récompenses en quantité unique ou un ensemble raisonnable.

 

Cet ensemble de règles entrées en vigueur, ordonnant une nouvelle coopération entre créateurs et publics, permettront à Kickstarter de renforcer leur positionnement selon lequel, le site n'est pas un magasin traditionnel.