Kobo investit 50 millions $ pour dominer le livre numérique

Clément Solym - 20.04.2011

Edition - Economie - kobo - investir - millions


Pour l’entreprise canadienne Kobo, un livre est avant tout un produit commercial. Son directeur financier, Greg Twinney, dispose à présent de cinquante millions de dollars pour assurer à sa firme une « croissance au niveau international. »

La devise de Kobo est maintenant connue : « Les consommateurs doivent pouvoir lire n'importe quel livre, n'importe quand, n'importe où, et sur le terminal de leur choix. » La tactique de Kobo a été efficace : il propose 2,3 millions de livres et de périodiques, numérisés sous formats Adobe, EPUB ou PDF, et protégés par des DRM, téléchargeables sur tous les appareils par des applications gratuites. (via Quill & Quire)


Créé en 2009, il a déjà conquis presque deux cents pays et compte trois millions de clients ; les livres non anglophones représentent 10 % des ventes réalisées en 2010.

En deux saisons, le portail de livres électroniques devrait avoir gagné l’Europe : l’Allemagne et en Espagne au printemps, la France, l'Italie et les Pays-Bas cet été. (notre actualitté)

Quelle est la stratégie de Kobo ? Commencer par se donner les moyens financiers d’ouvrir des portails internationaux ; il est soutenu par son principal actionnaire, Indigo Books & Music, ainsi que par d’autres investisseurs, tels REDgroup détail et Cheung Kong Holdings.

Puis, séduire les lecteurs européens « en présentant un contenu adapté, en donnant des occasions de lire et de partager leur passion pour la lecture avec des amis », a déclaré Michael Serbinis, président de Kobo. Ensuite, mettre en ligne Balzac, Baudelaire, et passer des accords, en secret, avec des éditeurs européens. Quel suspens !

Kobo arrivera-t-il à inclure l’Europe dans ses ambitions planétaires ?