Kobo refuse d'obéir à la taxe d'Apple pour l'achat en application

Clément Solym - 25.07.2011

Edition - Economie - politique - commerciale - apple


Plutôt que de se soumettre à la nouvelle politique commerciale d'Apple, concernant la taxe appliquée à toute vente réalisée au sein d'une application, Kobo vient de décider d'une autre réaction. Officiellement, Kobo ne vendra plus de livres numériques au travers des appareils iOS.

La seule et unique manière de se procurer des livres pour cet environnement, explique la société, sera de passer par le navigateur Safari de l'iPhone/iPad/iPod Touch, si l'on souhaite enrichir sa bibliothèque. Les achats se synchroniseront d'eux-mêmes cependant.


Et surtout, précise la firme, cela continue de fonctionner sur Android, BlackBerry et PC.

Dans un billet du blog de Kobo, la décision est simplement justifiée par le fait que 30 % de ponction allant dans la poche d'Apple, à chaque achat, rend le commerce particulièrement délicat. Cela grignote en fait presque intégralement la marge accordée au revendeur par l'éditeur. Donc, plus aucun intérêt que de vendre à perte ou quasi.

Le développement de l'application pour iPad ne s'arrête pas pour autant, assure l'équipe.

En parallèle, on apprend que, suite à la liquidation des magasins Borders, Kobo vient de passer un nouvel accord avec des libraires australiennes, Collins. Une manière d'étendre sa toile, dans des endroits où les boutiques Angus and Robertson n'étaient pas implantées.