Kouchner promet à Séoul la plus grande coopération pour les manuscrits royaux

Clément Solym - 19.03.2010

Edition - Société - Kouchner - Seoul - coopération


En début de semaine, le voyage du ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, à destination de Séoul, en pleine Corée du Sud, était l'occasion d'un petit état des lieux sur les manuscrits royaux, volés par des militaires français en 1866, et depuis devenu patrimoins de notre bô pays.

Or, parmi les dossiers que M. Kouchner devait évoquer avec son homologue, il était justement question de ces manuscrits. Sachant que depuis Mitterrand (François), en 1993, la situation n'avait pas évolué d'un pouce, on n'avait peu d'espoir qu'en une petite visite entre le thé et les courbettes que la chose ne se règle. En 1993, pour mémoire, un seul livre avait été rendu, sous forme d'un prêt à durée indéterminée. Autant dire que la France ne voulait pas reconnaître sa petite rapine.

Mieux : si le président sud-coréen a reçu en personne Bernard Kouchner, nous informe l'Associated Press, il lui a également fait part de tout l'intérêt que la population du pays portait à ces ouvrages, uniques, mais surtout historiques. Ce à quoi notre ambassadeur de la paix et du riz dans le monde a répondu qu'il manifesterait « la plus grande coopération ».

Le dîner aura également été l'occasion de remettre le sujet sur le tapis, et le porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Séoul a assuré que les ministres des deux pays - Yu Myung-hwan, pour la Corée du Sud - s'engageaient mutuellement à trouver un compromis.

Chose qui n'aidera pas M. Kouchner, c'est cette petite phrase de Jack Lang, l'envoyé spécial de Nicolas Sarkozy pour les missions culturelles à faire cuire à feu doux, pour qui les 350 livres incarnent un « trésor national de la Corée, du peuple coréen ». Reconnaissant que les discussions avancent, Jack Lang ajoute que, personnellement il « souhaitait depuis longtemps que la France puisse accomplir ce geste d'amitié, de réparation historique ».

Manifestement, personne n'a osé avancer que, puisque 31 manuscrits avaient été numérisés par la BnF, et qu'ils seront sûrement disponibles via internet, c'est un peu comme si on les avait déjà rendus. Le hic dans tout cela, c'est qu'il est impossible de faire jouer la Convention des Nations Unies, qui concerne les mesures à prendre pour interdire et empêcher l'importation, l'exportation et le transfert illicite de propriété des biens culturels.

Cette dernière, complétée en 1995, par la Convention de l'Institut international pour l'unification du droit privé sur les biens culturels volés ou illicitement exportés (UNIDROIT), n'est en effet pas rétroactive. Et ne peut pas s'appliquer dans le cas France/Corée du Sud. (plus d'informations)