CHRONIQUES ANTI-ISOLEMENT de L’ÂME DES PEUPLES — Ce soir c’est Newroz, le Nouvel An pour le monde persan, afghan et kurde. Depuis que le monde est monde, il a toujours été célébré en défilant à la lueur des torches et par des danses autour du feu pour fêter la victoire du jour sur la nuit. Ce soir, le feu du forgeron Kawa ne fera pas venir le printemps. C’est comme si c’était la fin des saisons et de la terre qui tourne. Je me demande comment mes amis kurdes qui ont plus d’un tour dans leur sac à malice vont vivre ça…
 
par Sophie Mousset

Kurdistan
kurdistan CC BY SA 2.0

 
 

Allons-nous nous retrouver derrière des écrans, à partager chansons et danses des autres années ? Que c’est triste Mahabad ! [NdR : Ville en Iran qui fut le lieu de l’unique république kurde, en 1946, et qui ne dura que onze mois]

Et puis je vois une bande de médecins, infirmiers et infirmières, en grande tenue d’épidémie, danser dans l’hôpital, en se tenant par le petit doigt (ganté), je vois une famille sauter par-dessus une bougie dans leur appartement en chantant, d’autres danser avec leurs doigts, je vois des gens dans des immeubles entiers réunis sur leur balcon, faire de la musique et chanter des chants à la lumière de torches ! La lumière sera, quoi qu’il en coûte et le printemps reviendra.

Plus l’adversité est grande, plus ils résistent, ils sont comme ça. Cette fête est importante, car non religieuse, elle réunit tout : les hommes, la nature, les saisons.
 

Le lendemain, tout le monde se félicite, on a fait revenir la lumière !

 

25 mars 2020


Depuis toujours et partout, comme les autres peuples de l’Orient, les Kurdes sont très forts en système D. Anticiper ne fait guère partie de leur vocabulaire, on croit en la providence et on s’adapte, Inch-Allah.

Pourtant, on ne peut pas dire qu’elle leur fut, ni qu’elle leur est clémente, la providence. Les nouvelles générations étudient en Europe et essaient d’organiser l’avenir. J’ai lu récemment dans Kurdistan au féminin, qu’ils étaient « fatigués de mourir ».

Dans les camps de réfugiés, en Syrie, après le froid mordant de cet hiver qui fit mourir les enfants, c’est l’épidémie qui arrive.

Ceux d’Irak s’organisent pour les faire venir et les soigner dans des conditions d’hygiène appropriées. Dans les baraquements qui servaient auparavant aux foires, expositions et congrès, l’organisation est quasi militaire, l’hygiène irréprochable. Ce qui m’a toujours surprise chez les Kurdes, c’est leur aptitude à s’améliorer, à une vitesse que nous ferions bien d’imiter.

 

2 avril 2020


Dans les régions kurdes de Turquie, le réseau routier est rare et mal entretenu et il y a peu d’hôpitaux. Il est à craindre que l’épidémie ne fasse des ravages, ce qui ne déplairait pas au chef du gouvernement. Pendant ce temps, dans l’indifférence générale du monde qui regarde ailleurs. À Aïn Issa et dans le reste du Rojava occupé, la guerre continue. Selon le commandant des Forces démocratiques syriennes Majed Fayyad al-Shibli, la Turquie « bombarde tout ce qui bouge » et cherche à « tirer avantage de la pandémie pour étendre sa zone d’occupation ». [message du Collectif des Combattantes et Combattants Francophones du Rojava - CCFR, NdR]

 

À Afrin, occupée par la Turquie depuis plus de deux ans, les crimes de guerre continuent : ventes forcées de maisons, pillages, enlèvements et arrestations arbitraires de civils, dont beaucoup de femmes…


Au Rojava, on parvient néanmoins à fabriquer des tests de dépistage et des ventilateurs pour suppléer au manque d’oxygène.
 

3 avril 2020


Helin Bölek, la chanteuse du groupe Yorum, est décédée de sa grève de la faim en Turquie. İbrahim Gökçek et elle ont commencé cette grève en prison. Ils sont accusés de faire partie du Front populaire révolutionnaire de libération (DHKP-C) et d’appartenance à une organisation terroriste. Après avoir été libérés, ils ont continué leur jeûne pour protester contre le harcèlement dont sont l’objet tous les artistes qui protestent contre le gouvernement.
 

L’UNESCO vient de désigner Suleymanie « [comme] ville d’Irak (sic), créative de littérature (…), capitale régionale de la traduction et qui abrite sept grandes maisons d’édition ». Depuis 1996 s’y tiennent nombre de festivals, dont Galawezh, qui invite des écrivains kurdes, arabes, persans, turcs et irakiens.


Suleymanie est la deuxième plus grande ville du Kurdistan d’Irak. Leur dénier cette identité est une véritable gifle.
 

Cette initiative, intitulée Littérature et arts en tant que compagnons et thérapeutes, a pour objectif d’aider à vivre la distanciation sociale et à rester résilients et unis.


À ce jour, les villes créatives de Durban (Afrique du Sud), Melbourne (Australie), Oulianovsk (Fédération de Russie), Óbidos (Portugal) et Odessa (Ukraine) ont manifesté leur intérêt et contribué à cette initiative.
 

Les œuvres littéraires collectées seront intégrées et numérisées dans une collection intitulée «Caring for Each Other is a Human Right» qui sera mise en ligne et diffusée parmi les villes créatives participantes.




Sophie Mousset se rend très fréquemment au Kurdistan depuis une quinzaine d’années. Elle vit aujourd’hui près de Nantes et travaille notamment auprès d’organismes kurdes. Kurdistan, Poussière et vent est sorti aux éditions Nevicata en mai 2017.



Dossier : Chroniques anti-isolement à travers L’Âme des peuples


Commentaires
Une publication en 2007 signifierait pas mal d'anachronismes avec ce qui est dit dans l'article. Le site Nevicata ne précise pas les années de publication, ce qui est un peu fort de café, tout de même ! Renseignements pris sur le site Babelio, il semble que "Kurdistan, poussière et vent" soit sorti en mai 2017.
Bonjour.

En effet, confusion de dates. C'est désormais modifié.

Merci du coup d'oeil.
Il est toujours plus qu'émouvant de lire ce qui peut se passer dans cette région du monde, particulièrement cette semaine qui est celle des commémorations du génocide des Arméniens infligé aux Arméniens en 1915 non seulement par les Turcs mais aussi par les Kurdes,n'oublions pas.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.