medias

L'Afrique du Sud victime de l'illettrisme, hérité de l'Apartheid

Clément Solym - 23.12.2011

Edition - Librairies - afrique - livres - sud


Les librairies ferment aussi en Afrique du Sud. Alors que l'une des plus célèbres vient de fermer ses portes, de nombreux acteurs du milieu du livre ont réagi auprès de l'AFP pour déplorer l'état d'un secteur qui se porte mal.

 

« Seul 1% de la population achète des livres », selon Elitha van der Sandt, la directrice du Conseil sud-africain du développement du livre (SABDC), alors que le pays compte 50 millions d'habitants.

 

 

Mais pourquoi ? Plusieurs raisons ont été avancées, et en particulier : le problème de l'illettrisme hérité de l'apartheid, ainsi que les insuffisances du système éducatif actuel.

 

L'industrie du livre en souffre : seulement une poignée de livres se vend bien, alors que la majorité ne s'écoule qu'à quelques milliers d'exemplaires. Ainsi, « les éditeurs font des petits tirages, ce qui fait monter les coûts (et les prix) », selon Beth Le Roux à l'université de Pretoria.

 

Les prix des livres sont élevés : un livre de poche coûte 11 euros au minimum alors qu'un salarié non-qualifié gagne en moyenne entre 180 et 280 euros, sans compter la TVA qui s'élève à 14%.

 

« Plusieurs possibilités, dont la recherche d'un acheteur, ont été étudiées sans succès. Aucun acheteur intéressé n'a pu être trouvé », explique le groupe.

 

Le chiffre d'affaires de la profession serait de 320 millions d'euros, selon Beth Le Roux, dont les deux tiers concernent les manuels scolaires et les ouvrages universitaires, et les livres religieux 20% du reste.

 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.