L'éditeur turc Ragip Zarakolu inquiet pour la démocratie d'Ankara

Clément Solym - 19.12.2012

Edition - International - Ragip Zarakolu - génocide arménien - éditeur


L'auteur, journaliste, éditeur et défenseur des Droits de l'Homme Ragip Zarakolu a participé à une conférence de l'EHESS le 12 décembre dernier consacrée à la « Liberté de recherche et d'enseignement ». Il est revenu sur la politique du gouvernement turc en la matière, plutôt restrictive : toujours sous le coup d'une procédure judiciaire pour le soutien qu'il apporte à la minorité kurde, Zarakolu interviendra aujourd'hui à la Fédération européenne des journalistes, à Bruxelles.

 

Sans titre

L'université d'Ankara, ▲ e-basak, CC BY-ND 2.0

 

 

« Il y a en général des grandes discussions sur la liberté de la presse, la liberté d'expression, mais il n'y a malheureusement pas assez de discussions sur la liberté d'enseignement, la liberté de recherche, ce qui est un problème très sérieux en Turquie » commence Ragip Zarakolu en rappelant que les premières universités ottomanes accueillaient des professeurs grecs, juifs et arméniens.

 

Des années plus tard, la situation de la recherche dans son pays l'inquiète, et les « purges » du gouvernement au sein du corps enseignant constituent clairement la maladie du pays. Le fondateur de la maison d'édition belge, qui prit le risque chèrement payé de publier le premier ouvrage en turc consacré au génocide arménien, est d'ailleurs l'une des victimes du virage autoritaire qui touche aux domaines de la connaissance.

 

En 1991, les éditions belges publient un ouvrage d'un des rares non-Kurdes soutien de cette population, ce qui vaudra une réaction immédiate et sévère du pouvoir turc. « Le livre a été imprimé en un jour, distribué en un jour, mis au ban en un jour » : entre l'autorité kémaliste et le Parti pour la justice et le développement (AKP), Ragip Zarakolu ne voit guère de différence, si ce n'est l'irruption d'un islam politique et militarisé.

 

La fondation Info-Türk, qui milite pour les droits de l'homme en Turquie, va remettre son prix Pour la liberté 2012 à l'éditeur, décerné en début d'année à ce dernier alors qu'il était détenu dans la prison de haute sécurité de Kocaeli, en raison de ses prises de position sulfureuses aux yeux du gouvernement.

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.