medias

L'ABAA presse le Congrès pour le maintient du service postal américain

Julien Helmlinger - 14.06.2013

Edition - International - Service postal - Mobillisation - ABAA


La plus ancienne association de libraires-antiquaires aux Etats-Unis, Antiquarian Booksellers Association of America (ABAA), se mobilise face aux difficultés financières qui menacent le service postal américain. L'organisme professionnel a annoncé via communiqué, avoir à cet effet sollicité le Congrès en demandant à ce qu'il assume sa part pour faciliter l'alphabétisation et garantir la liberté d'expression. Il exhorte ainsi à ce que le gouvernement assure la solvabilité du service et que les tarifs spéciaux Media Mail restent en vigueur.

 

 

 Perspectives en bec d'aigle

 

 

A l'issue du deuxième trimestre de son exercice 2013, le service postal américain affiche une perte nette de 1,9 milliard de dollars et une augmentation de ses dettes. Et l'on craint désormais que les efforts entrepris pour limiter cet endettement ne viennent augmenter les tarifs postaux, réduire l'étendue des services assurés, voire supprimer les tarifs préférenciels, Media Mail, sur lequel s'appuyent les libraires.

 

Ces tarifs spéciaux, en question, sont notamment utilisés pour l'expédition de formulaires écrits et électroniques éducatifs, littéraires et autres communications informatives. Ils permettraient, selon l'ABAA, la propagation de l'alphabétisation et de la liberté d'expression à travers les Etats-Unis.

 

Et de nos jours, l'essor des alternatives de courrier dématérialisé se traduit par un impact négatif sur le volume et la valeur du courrier de première classe. Tandis que la montée en puissance de l'e-commerce contribuerait à accroître les frais de port et d'emballage. Ces derniers auraient augmenté de 9.3 % au cours du deuxième trimestre, en comparaison à l'année précédente.

 

Par la voix de John Thompson, le communiqué pointe : « L'arrêt ou une diminution significative des services assurés par le Postal Service causerait un préjudice injustifié à des centaines de millions d'Américains dépendant du service pour la livraison de plus de 100 milliards de pièces de courrier chaque année. [...] Cela placerait également un fardeau sur les petits libraires qui comptent sur le service postal abordable pour la livraison de leurs produits. »