Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

L'accès à l'information “est un pilier essentiel du développement durable”

Antoine Oury - 18.08.2014

Edition - Bibliothèques - IFLA WLIC 2014 Lyon - Déclaration de Lyon - Gérard Collomb maire


Elle était attendue, et pas seulement par les professionnels de l'information : la Déclaration de Lyon a été dévoilée ce matin même au congrès mondial de l'IFLA, à Lyon. Présentée par Sinikka Sipilä, présidente de l'IFLA, et Gérard Collomb, le maire de Lyon, elle invite les États membres des Nations Unies à prendre un engagement international pour l'accès universel à l'information et à la connaissance.


Sinikka Sipilä, présidente de l'IFLA

Sinikka Sipilä, présidente de l'IFLA (ActuaLitté, CC BY 2.0)

 

 

Le document, rédigé en anglais, doit à présent recevoir un maximum de signatures de bibliothèques et d'institutions à travers le monde, afin de peser le plus possible sur les prises de décisions des États membres des Nations Unies. L'organisation internationale dispose en effet d'un programme de développement de l'Après 2015 des Objectifs de Développement Durables, et il serait bon d'y inclure l'accès à la connaissance et au savoir.
 

Nous soussignés, signataires de la présente déclaration, estimons que l'amélioration de l'accès à l'information et aux connaissances à tous les niveaux de la société, associée à la disponibilité des technologies de l'information et de la communication (TIC), contribue à favoriser le développement durable et à améliorer la vie des gens, peut-on notamment y lire.


L'objectif de la Déclaration est d'intégrer, dans les préceptes de l'ONU, un élément souvent absent, l'accès à l'information. La préservation de la vie humaine passe avant tout, mais savoirs et connaissances participent au développement des sociétés, tiennent à rappeler l'IFLA et tous les signataires.

 

Le Groupe de travail de haut niveau sur le Programme de développement Post-2015, des consultations Post-2015 du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et du Rapport du Groupe de Travail Ouvert par Domaine d'Intervention, ont également souligné dans leurs conclusions le rôle crucial de l'accès à l'information en tant que soutien au développement, ce qui laisse bon espoir quant à son intégration au sein des objectifs de l'ONU.

 

La Déclaration rappelle également la fonction des bibliothèques, des archives, des organisations de la société civile, des responsables communautaires et des médias dans l'accès à l'information, ce qui pourrait également leur offrir une meilleure protection légale, ainsi que des droits réaffirmés.

 

 Y compris dans les pays développés : « Certains politiques s'imaginent qu'avec le livre numérique, la nécessité des bibliothèques n'est plus justifiée », nous expliquait Ingrid Bon, membre du directoire de l'IFLA, en juin dernier. « Or, avant d'être lecteur, il faut le devenir, et les parents et enseignants ne peuvent pas mener cette mission seuls. » La lutte contre l'illettrisme rejoindrait ainsi la préservation des bibliothèques, face à des budgets gouvernementaux en baisse comme au Royaume-Uni.

 

Par ailleurs, le texte, s'il est adopté par l'ONU, assurerait des missions facilitées pour les bibliothèques, notamment dans l'accès aux ouvrages adaptés pour les personnes empêchées de lire.

 

Voici une version rough du document, que nous remplacerons par une version proprement numérisée dès que celle-ci sera mise à disposition par l'IFLA.