L'accord Google Books présenté aux éditeurs de Nouvelle-Zélande

Clément Solym - 06.04.2009

Edition - Les maisons - google - books - nouvelle


Les pays se succèdent à la table de Google et après le Canada ou l'Irlande, voici venu le tour des éditeurs néo-zélandais qui vont s'asseoir pour discuter des clauses de l'accord Google Books.

L'ouverture du site pour la Nouvelle-Zélande provoque quelques remous et suite aux propositions faites par la société aux éditeurs américains, il convient maintenant de négocier avec le reste du monde anglophone.

Les conditions soumises aux éditeurs du pays sont identiques à celles proposées ailleurs, et l'on signale que dans le large et vaste mouvement de numérisation de Google, de nombreux livres néo-zélandais ont été intégrés dans la bibliothèque de Google.

Pour l'heure, les éditeurs ne se sont pas encore prononcés ni en faveur ni contre l'accord et l'on ne sait pas réellement quelle est la tendance globale. Pour Kathy Moore, directrice exécutive de Copyright Licensing, la société de gestion des droits en Nouvelle-Zélande, la proposition de Google aux éditeurs représentait « une grande victoire pour les créateurs et les éditeurs, après un long et maladroit processus ».

Cette dernière attend beaucoup de la participation des éditeurs aux discussions du fait de la présence de leurs livres dans la bibliothèque de Google.