Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

L'acteur, dramaturge et écrivain Sam Shepard est mort

Antoine Oury - 31.07.2017

Edition - International - Sam Shepard mort - Sam Shepard livres - Sam Shepard pièces


Âgé de 73 ans, l'acteur, auteur et dramaturge Sam Shepard est mort le 27 juillet 2017 à son domicile, dans le Kentucky, des suites d'une sclérose latérale amyotrophique, une maladie neurodégénérative aussi connue sous le nom de maladie de Charcot. Il a marqué le théâtre américain, en particulier dans les années 1970.

 

Sam Shepard Stealth.jpg

Sam Shepard sur le tournage d'un film en 2004
(U.S. Navy photo by Photographer's Mate 3rd Class Tyler J. Clements, Public Domain)
 


Né en 1943 à Fort Sheridan, dans l'Illinois, d'un père militaire et d'une mère enseignante, Samuel Shepard Rogers III se destine d'abord à l'agriculture et à une vie à la ferme, avant de découvrir Samuel Beckett, le jazz et l'expressionnisme. Il part pour New York afin d'intégrer ce milieu des planches qui le fait définitivement rêver. Il entre au club Off-Off-Broadway en 1962, mais c'est véritablement au Theatre Genesis de Ralph Cook, dans l'East Village de Manhattan, qu'il fait ses débuts.

Celui qui se fait désormais appeler Sam Shepard enchaîne les pièces contestataires sur la scène du Theatre Genesis, qu'il écrit, mais ne met pas en scène : Jacques Levy s'en chargera, notamment pour ses pièces Red Cross (1966) et La Turista (1967). Il remporte ainsi 6 Obie Awards, récompenses prestigieuses décernées par le journal The Village Voice, entre 1966 et 1968.

Shepard se retrouve rapidement associé au Nouvel Hollywood et à la scène folk, rock et punk qui fleurit à l'époque : il cosigne ainsi les scénarios de Me and My Brother (1969), avec Robert Frank, Allen Ginsberg et Peter Orlovsky, et Zabriskie Point, de Michelangelo Antonioni, en 1970.




Shepard ne se privait pas, toutefois, d'apparaître sur scène : en 1971, il joue ainsi avec sa compagne de l'époque, Patti Smith, sur la scène de l'American Place Theatre de New York, dans Cowboy Mouth, qu'il a écrit et que Robert Glaudini met en scène. Après cette première au théâtre new-yorkais, Shepard prend la tangente, toutefois, sans prévenir ses collègues...

Il se joindra à Bob Dylan pour sa tournée Rolling Thunder en 1975, et écrira avec lui Renaldo and Clara, le film maudit de Dylan. Shepard publiera un livre de cette expérience, Rolling Thunder : Sur la route avec Bob Dylan, avec des photographies de Ken Regan (publié par Naïve en 2005 dans une traduction de Bernard Cohen). La même année, il est nommé scénariste invité du Magic Theatre, une compagnie créée en 1967 dans le sillage de la Beat Generation. Shepard écrira pour eux Buried Child en 1978, qui lui vaudra un Prix Pulitzer. Cette pièce très tournée vers la psychologie des personnages sera suivie par Curse of the Starving Class (1978) et True West (1980), pour former la « trilogie de la famille ».

Au total, Sam Shepard aura signé une quarantaine de pièces au cours de sa carrière et joué dans de nombreux films, dont Les Moissons du ciel de Terrence Malick (1978), L'Étoffe des héros de Philip Kaufman (1983) ou encore Mud : Sur les rives du Mississippi de Jeff Nichols (2012).

Shepard a également signé de nombreux recueils de nouvelles, dont Motel Chronicles (1985, traduit par Pierre Joris et publié par Christian Bourgois en 1987), Balades au paradis (1996, traduit par Bernard Cohen et publié par Robert Laffont en 1997) ou encore Chroniques des jours enfuis (2010, traduit par Philippe Aronson et publié par 13e Note éditions en 2012).