L'Afrique est-elle prête pour le livre numérique ?

Clément Solym - 24.11.2010

Edition - Société - multinationales - ebook - éditeurs


Les nouvelles technologies se vendent bien en Afrique, et les sociétés occidentales et asiatiques se donnent à coeur joie d'exporter. Pourquoi pas l'ebook ?

 L'Afrique a toujours été la proie des prédateurs, et elle pourrait devenir le nouveau terrain de jeu des grands noms de la révolution numérique en cours dans le domaine du livre. Mais est-elle prête ? Selon AllAfrica.com, oui.

Les appareils mobiles, comme les téléphones et ordinateurs portables, aident grandement au développement économique africain, par la révolution des communications et le développement des banques. Du coup, que penser du livre numérique ?


« Les avantages sont clairs, si les accès à Internet et au débit sont disponibles. Il y a des millions de livres maintenant disponibles gratuitement sur internet, et leur nombre ne cesse d'augmenter. Amazon présente 750.000 titres, la plupart pour des prix inférieurs aux versions papier ». Le site souligne aussi l'augmentation de livres gratuits que créera l'arrivée de Google Éditions.

Amazon et le Kindle s'exportent déjà dans la majorité des pas africains. Cependant, les ordinateurs semblent à mieux d'accueillir une expansion de l'ebook en Afrique. Même aux États-Unis, les ordinateurs restent les périphériques les plus utilisés pour la lecture d'ebooks.

L'article souligne d'ailleurs que si les africains ne peuvent se permettre l'achat d'un Kindle, son contenu est toujours lisible via les applications gratuites pour ordinateurs ou téléphones. Seulement, il est une question que nous sommes en droit de nous poser. Ce fut déjà le cas avec les téléphones : les portables se sont répandus en Afrique à une vitesse folle. Donnant lieu à des situations étranges, de personnes possédant un téléphone haut de gamme, mais vivant dans une case insalubre.

À quel point l'ebook peut-il réellement utile à l'Afrique ? Si ce sont les éditeurs africains qui font ce pas en avant, et non des multinationales qui s'arrachent un marché vierge. Et demandeur.