L'Alabama enquête sur l'état de santé de Harper Lee

Clément Solym - 12.03.2015

Edition - Justice - Harper Lee roman - enquête abus faiblesse


L'état de santé de Harper Lee, l'auteure de To Kill A Mockingbird, continue de préoccuper. Lorsque l'éditeur HarperCollins a annoncé la publication d'une suite au chef-d'œuvre paru voilà une cinquantaine d'années, les questions ont fusé. Sauf qu'elles dépassent de loin le cadre de la profession, des proches et des fans, à présent.

 

 

To Kill a Mocking Girl.

Bruna Ferrara CC BY 2.0

 

 

Le débat est passionné, et en dépit des gages de confiance que l'avocat et agent de Lee a pu donner, le livre Go Set a Watchman continue de diviser. Les uns pensent que la santé mentale de l'auteure est trop fragile pour qu'elle ait autorisé cette parution. Les autres se rangent à l'avis de l'éditeur et de l'avocat, et se fient doucement à ce qui a été dit.

 

Désormais, l'État de l'Alabama se saisit de l'affaire, et a diligenté une enquête, pour abus de faiblesse. Plusieurs personnes ont déjà été interrogées, y compris Harper Lee elle-même – et l'on ignore pour le moment ce qui en sortira. Simplement, une enquête relève que l'éditeur et l'avocat ne sont pas vraiment pris au pied de la lettre.

 

Et devient juste assez embarrassante pour compromettre le lancement de l'œuvre. 

 

En 2007, Nelle, de son premier prénom, a eu un accident vasculaire cérébral, qui a provoqué de graves problèmes d'audition et de vision. Il semble, selon les témoignages des proches, qu'elle comprenne très bien, et suive de longues conversations, si les visiteurs lui crient à l'oreille. 

 

Plusieurs, comme l'historien Wayne Flynt, proche de Harper Lee, assurent qu'elle a vraiment toute sa tête. Sauf qu'elle présente parfois de problèmes de mémoire à court terme. Elle lui aurait d'ailleurs répondu, quand il lui parlait de la fierté à publier son nouveau livre : « Je ne suis plus si certaine. »

 

Ce qui interroge provient des déclarations de l'avocat, qui est l'intermédiaire unique, et manifestement le seul à assurer le monde entier de l'enthousiasme de Harper Lee. Dans le même temps, un médecin, resté anonyme, et cité par le New York Times, semble très préoccupé. D'autant plus que Lee a été très affectée par la mort de sa sœur Alice, survenue en novembre 2013. 

 

L'enquête menée par le Human Resources Department avec l'Alabama Securities Commission devra trancher sur la question. Parmi les documents à leur disposition, des enregistrements d'Alice, justement, qui expliquait toute l'impuissance de sa sœur. « Elle est étonnée de tout ce qu'elle entend, car elle ne se souvient jamais de rien de ce qui a pu être dit. »

 

Pour l'heure, la maison d'édition américaine HarperCollins n'a pas encore été contactée par les autorités de l'Alabama.

 

(via New York Times)