L'Algérie n'a pas censuré le livre de Mohamed Benchicou

Clément Solym - 03.05.2011

Edition - Société - algérie - benchicou - mensonge


L'information frappait ce matin, alors que l'écrivain Mohamed Benchicou assurait avoir été frappé par la censure en Algérie. L'ancien directeur du journal Le Matin, interdit dans le pays depuis 2004 affirmait en effet à l'AFP : « La ministre de la Culture Khalida Toumi a demandé à ce que ne soit pas octroyé le numéro d'ISBN au roman ainsi que le dépôt légal du livre, ce qui revient à interdire sa publication. » (notre actualitté)

Retournement de situation, du côté Algérie, où la ministre en question vient de nier en bloc les accusations portées contre elle. Le livre, Le mensonge de Dieu, qui paraîtra en France et au Canada le 5 mai 2011 n'a absolument pas été refusé dans le pays.

En tout cas, s'il l'a été, elle ne saurait nullement en être tenue pour responsable, explique son cabinet, qui affirme n'avoir jamais refusé la demande d'un numéro d'ISBN - sollicité par l'auteur depuis le 19 janvier dernier. Et pour cause : « Cette démarche ne relève pas des attributions du (de la) ministre en charge de la Culture », explique le ministère dans un email adressé à l'AFP.

Il est vrai que par le passé, quatre ouvrages de l'auteur ont déjà été touchés par la censure, et que ce dernier avait même été condamné à deux années de prison pour l'un d'entre eux. « L'Algérie reste aujourd'hui le dernier carré de la censure au Maghreb et nous sommes en recul par rapport à il y a 30 ans en Algérie », déplorait-il hier.

Et d'assurer que : « La censure touche en Algérie toutes les catégories de la création et les Algériens ne peuvent créer qu'en dehors de leurs frontières ».

Mais manifestement, l'homme pourrait s'être trompé de cible.