Restituer les livres pillés par les nazis, question de principe pour les bibliothèques allemandes

Julie Torterolo - 03.08.2015

Edition - International - livres Nazis - Bibliothèques Allemandes - Restitution


Les bibliothèques allemandes acceptent le lourd poids du passé, et souhaitent y remédier. Pour ce faire, certaines  se sont lancées dans la recherche active des ayants droit des livres dérobés. Au cours de la Seconde Guerre mondiale la population juive a été largement spoliée par les nazis et les bibliothèques tentent de leur restituer les œuvres que l’histoire n’a pas épargnées.

 

Berlin-Holocaust memorial-1

Le Mémorial aux Juifs assassinés d'Europe, à Berlin (Giovanna d'arco, CC BY-NC-ND 2.0)

 

 

I24news expose le lourd constat : « En fait, dans la plupart des grandes bibliothèques allemandes, on peut trouver les livres pillés par les nazis », précise-t-il. Dans la plus grande ignorance du grand public, ce serait en effet un grand nombre d’établissements qui détiendraient des ouvrages pillés aux Juifs par les Autorités nazies. « Tous les livres qui sont arrivés à la bibliothèque entre 1933 et 1945 sont suspects. Particulièrement ceux qui nous ont été remis par la Gestapo », explique le docteur Anna von Villiez de la bibliothèque universitaire de Hambourg. 

 

Hambourg, en tant que ville portuaire, est particulièrement concernée par la question. Mais Berlin, la capitale, a également sa part de honte. En 1943, la Bibliothèque centrale et régionale (ZLB) aurait acheté 40.000 livres dérobés pour 45.000 reichsmarks. « Mon patron a commencé, de sa propre initiative, à faire des recherches à ce sujet et découvert un échange de lettres avec l’administration de la ville, dans lesquelles la bibliothèque faisait la demande précise de ces livres pris à des Juifs », relate Sebastian Finsterwalder, qui travaille à la ZLB.

 

S’ensuit une longue croisade pour retrouver les propriétaires légitimes des ouvrages pillés. Sebastian Finsterwalder, entouré d’une équipe, a commencé ses investigations il y a 10 ans. Ils étudient chaque livre en provenance de « donation de la Gestapo » pour trouver toutes marques de leurs possesseurs originels. 

 

« Environ 2.000 livres acquis ont été inscrits dans un registre spécial où leur numéro d’inventaire commence tous par la lettre J, et nous en avons retrouvé entre 1.500 et 1.600 », a-t-il confié à I24news. « Mais le reste, qui a été donné après la guerre est noté en tant que “don” et a été mélangé avec d’autres vraies donations. Nous n’avons par conséquent aucun moyen de savoir si ces “livres donnés” ont été pillés ou non, à moins de trouver un nom ou une quelconque trace à l’intérieur du livre », continue-t-il. 

 

La bibliothèque d’Hambourg a restitué près de 500 livres à 21 ayants droit qui pour la plupart ont souhaité faire don des ouvrages à des institutions. 

 

« Il n’y aura jamais assez de reconnaissance ou d’indignation sur ce sujet, qui imposent à l’Allemagne de prodiguer un financement suffisant. Je pense que la plupart des institutions ont abouti à cette conclusion. Je sais que mon travail ne sera jamais terminé, mais, pour ma part, je continuerai à faire de mon mieux », conclut Finsterwald.


Pour approfondir

Editeur : Beaux Arts Editions
Genre : monographie /...
Total pages : 288
Traducteur :
ISBN : 9791020400086

Oeuvres volées, destins brisés ; l'histoire des collections juives pillées par les nazis

de Melissa Muller, Monika Tatzkow, Marc Masurovsky

Dès le début du XIXe siècle se constituent, dans toute l’Europe, de fabuleuses collections d’œuvres et d’objets d’art, rassemblés par de grandes familles d’industriels, de banquiers ou de diplomates juifs. Les nazis prennent le pouvoir en Allemagne en 33, en Autriche en 38 et envahissent la France en 40. Pour les propriétaires de ces collections, c’est bientôt l’arrestation, la déportation ou l’exil. Dans un premier temps, ces œuvres sont détruites, dispersées ou cédées à des prix dérisoires contre l’assurance d’un laissez-passer. Puis saisies, confisquées, revendues par le pouvoir hitlérien. Ces trésors semblaient perdus à jamais pour de nombreuses familles. Au terme d’une longue enquête, les auteurs d’Œuvres volées, destins brisés démontent avec minutie l’impressionnante machine à piller des nazis dans toute l’Europe, et racontent l’histoire tragique des plus grandes familles de collectionneurs juifs : Rothschild, Mendelssohn, Bloch-Bauer, Seligmann, Kann, Bernheim… mais aussi le combat – parfois vain – des survivants et de leurs descendants pour récupérer ce qui revient de droit à leur famille. Un travail d’enquête unique sur un sujet qui reste brûlant.

J'achète ce livre grand format à 29 €