L'Association des Bibliothécaires américains soucieuse de la vie privée des lecteurs

Clémence Chouvelon - 06.08.2015

Edition - Bibliothèques - American Library Association - données vie privée - lecteurs ebooks numérique


L'Association des Bibliothécaires américains a mis en place de nouvelles règles de confidentialité. Ce document se veut être un ensemble de bonnes pratiques à l'intention des libraires et des bibliothécaires, appelés à travailler ensemble pour la protection de la vie privée de leurs clients à l'ère du numérique. 

 

Wiertz Sebastien - Privacy
(Sebastien Wiertz CC BY 2.0)

 

 

En octobre dernier, l'American Library Association dénonçait les violations de vie privée commises par Adobe par le biais de sa suite logicielle Digital Editions 4, et la transmission de données privées. Sachant que l'application ADE est utilisée par des dizaines de milliers de lecteurs de livres numériques dans le monde, la situation était délicate. 

 

L'ensemble de bonnes pratiques publiées par l'Association concerne surtout la question des prêts d'ebooks en bibliothèques et les contenus numériques. Une attention particulière est portée à la protection, le cryptage et l'anonymisation des bases de données client. « L'écart a grandi entre notre tradition de protection de la vie privée et les pratiques communes que les bibliothèques ont développées dans leur effort de fournir du contenu numérique, d'embrasser le web moderne, et de proposer des services personnalisés aux utilisateurs de bibliothèques », expliquent les bibliothécaires américains dans leur document. 

 

« Les vendeurs doivent informer les utilisateurs des options qui s'offrent à eux quant à la quantité d'informations personnelles qui sont collectées, et comment ces dernières peuvent être utilisées. Ils doivent avoir la possibilité d'opter ou non pour des options et services qui requièrent la collecte d'informations personnelles, et celle de se retirer et que leurs informations personnelles soient ainsi effacées s’ils changent d'avis. »

 

Dans le cas où une société viendrait à faire faillite, comme ce fut le cas pour Radioshack, convoité par Amazon, l'Association met en garde contre les ventes de données utilisateurs : « Dans le cas où une société est vendue à une autre compagnie, fusionnée à celle-ci ou dissoute, toutes les informations d'identification doivent être détruites de façon sécurisée, ou les bibliothèques et leurs utilisateurs doivent être informés et se voir offrir la possibilité de demander à ce que leurs données soient effacées. »