Tragédie thaïlandaise : des livres rares vendus pour le recyclage

Nicolas Gary - 12.09.2015

Edition - International - livres anciens - recyclage papier - Thailande rares


Dans le jargon des bibliothèques, on appelle cela le désherbage : un moyen de vider les collections, et de se séparer de certains livres, trop vieux, usés ou abîmés. Bref, de faire le ménage. La question revient souvent dans les établissements, mais en Thaïlande, une séance de désherbage sauvage a provoqué une véritable catastrophe. Des tonnes d’ouvrages rares ont été vendues par erreur, avec pour perspective un recyclage prochain...

 

 

 

La bibliothèque universitaire centrale Silpakorn, située à Bangkok, a commis une vilaine bévue, le mois dernier. Près de trois tonnes de livres et magazines rares ont été livrées dans une librairie spécialisée du district de Bang Bon. Certains étaient remontaient au roi Rama VI (début du XXe siècle), d’autres étaient des exemplaires devenus uniques, introuvables ailleurs qu’à la bibliothèque. 

 

Alertés de cet arrivage totalement inédit, des collectionneurs et nombre d’universitaires se sont précipités dans la librairie, pour aller à la rencontre de ces œuvres. 

 

Thongchai Likitponsawan, propriétaire de la Bibliothèque Tonchabab, et expert en livres anciens, ne s’étonnait pas vraiment de cet engouement. Selon lui, « ce n’est pas une tendance. Ce n’est pas une réponse à la mode. C’est de l’amour. » Autrement dit, la génération Facebook et Bitcoin serait toute disposée à dépenser des milliers de bahts pour s’offrir des ouvrages anciens et rares. « Le marché est effectivement en plein essor », ajoute l’expert. 

 

En réalité, la Thaïlande se serait engagée dans la collectionnite de livres rares/anciens, au sortir de la Seconde Guerre mondiale. « Les gens ne prêtaient guère attention aux livres », poursuit Thongchai. « Ce n’étaient que des choses que l’on sort des étagères quand elles sont vieilles et des œuvres anciennes et magnifiques ont alors été mises en vente. » Les amateurs se sont alors intéressés à Bouddha, autant qu’aux recettes de thé...

 

La génération Facebook et Bitcoin de Thaïlande aime l'odeur du livre ancien

 

Aujourd’hui, le prix ne semble plus un obstacle, pour des ouvrages qui ne furent produits qu’à quelques milliers d’exemplaires – et que l’on se presse de trouver désormais. Des annales racontant le règne de Rama IV (milieu du XIXe siècle) s’arrachent, mais ils sont presque impossibles à trouver. 

 

Pour l’expert, la situation va tout de même se ralentir : au cours des dix prochaines années, les prix vont tant augmenter que le marché diminuera. Et puis, il y aura de moins en moins de livres, vendus de plus en plus cher. À moins que ce ne soit le contraire, avec une nouvelle génération plus aisée, et plus sensible à ces objets de collection. 

 

Quant à la bibliothèque Silpakorn ? Eh bien, une fois que les responsables se sont rendu compte de leur erreur, il était un peu trop tard. Vendus pour être recyclés, nombre de livres ont été rachetés, et la frénésie des collectionneurs en a également saccagé une grande partie.

 

Ceux qui n’avaient alors pas trouvé preneur n'ont alors  pas survécu au passage des clients, ou alors, furent ruinés par la pluie. Seuls les plus rares, et les plus prisés ont trouvé une bibliothèque privée pour vivre leur vie. En attendant, certainement, de revenir sur le marché des enchères, d’ici à quelques années.

 

(via Bangkok Post)

 


Pour approfondir

Editeur : Chene
Genre : thaïlande
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782842773045

La thailande

de Christophe Boisvieux

16ème titre de la collection Grands Voyageurs, La Thaïlande s'organise selon un itinéraire culturel et historique à travers un pays qui attire chaque année plus de 230.000 français...

J'achète ce livre grand format à 26.90 €