L'Antilope : première maison d'édition spécialisée dans "la culture juive"

Julie Torterolo - 27.10.2015

Edition - Les maisons - éditions de l'Antilope - Giles Rozier - culture juive


Le 7 janvier prochain, les éditions de l’Antilope publieront Comme deux sœurs de Rachel Shalita, leur premier livre. Comme les quatre autres qui le succéderont, la thématique porte sur la culture juive dans toutes facettes, la spécialité de cette nouvelle maison d’édition. L’Antilope entend bien « rendre compte de la richesse et des paradoxes » de cette culture sur les cinq continents. 

 

Giles Rozier, cofondateur des éditions de l'Antilope

 

 

Lancées en octobre 2014, les éditions de l’Antilope sont uniques en France, certifie Gilles Rozier, cofondateur de la société. Cette nouvelle maison d’édition ne publiera en effet que des ouvrages traitant sur la culture juive. Mais à ne pas s’y méprendre, il ne s’agit pas publier des essais traitants d’une idéologie ou de la religion en tant que telle ou encore de se cantonner à des auteurs appartenant à cette culture. Mais bien de « publier des ouvrages qui parlent de l’existence juive, quel que soit le lieu où elle a pu s’exprimer ou s’exprime encore ».

 

Un sujet pour lequel Giles Rozier, ancien directeur de la Maison de la culture yiddish, se sent « légitime ». « Je lis couramment et suis traducteur du yiddish et de l’hébreu. Cela fait 25 ans que j’ai une sensibilité pour la littérature juive. Je me suis dit que j’avais la légitimée pour cela, d’autant qu’on est les seuls », étaye-t-il. Il s’est ainsi associé à Anne-Sophie Dreyfus, éditrice depuis plus de 20 ans. 

 

 

 

L’Antilope se cantonnera pour l’instant à présenter 5 livres par an : de grands textes yiddish restant à découvrir, des écrivains israéliens contemporains, de la littérature judéoaméricaine, de jeunes auteurs polonais, allemands... « L’idée est de montrer la diversité de cette littérature, dans toutes les langues. C’est très riche, il y a des endroits où les juifs se retrouvent en population minoritaire et d’autres où ils sont majoritaires. Cette littérature transcende les langues et les nationalités, c'est ce qui nous intéressait », nous précise Giles Rozier. 

 

Et à la question pourquoi l'antilope, la maison d'édition le précise d'emblée : « c’est une créature exotique comme est souvent perçue la culture juive. Elle est vive et gracieuse comme l’est, à nos yeux, l’existence juive.»

 

Diffusées par Harmonia Mundi Livre, les éditions de l'Antilope tireront leur premier ouvrage à 2400 exemplaires puis 3500 pour le second, Entre les murs du ghetto de Wilno de Yitskhok Rudashevski prévu pour Mars 2016.

 

Trois autres suivront : Guitel Pourishkevitsh et autres héros dépités, recueil de nouvelles de Sholem-Aleichem prévu pour avril 2016, La Nuit des Juifs-vivants d'Igor Ostachowicz pour septembre 2016 et enfin Freud à Jérusalem : utopie du nouvel homme juif et psychanalyse d'Eran Rolnik clôturera en octobre 2016 cette première année de publication.