Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

L'Appel du Coucou annoncé pour octobre 2013 chez Grasset

Antoine Oury - 16.07.2013

Edition - Les maisons - Grasset - L'appel du coucou - J.K. Rowling


La petite blague de J.K. Rowling au milieux de l'édition et des paillettes risque d'agiter encore longtemps les esprits. Mais d'autres ont rapidement repris les leurs : un nouveau Rowling pour la rentrée, voilà qui tombe comme une véritable aubaine. Déjà éditeur du précédent, Une Place à Prendre, Grasset a acquis les droits du polar pour une traduction française.

 

 

 

 

Toute la question sera de savoir si la maison d'édition a été tenue au courant du pseudonyme adopté par J.K. Rowling pour signer The Cuckoo's Calling, ou plutôt L'Appel du Coucou. Dans le cas contraire, une décision quelque peu précipitée aurait fait suite aux révélations de l'auteure britannique, avec des enchères montantes pour acquérir les droits.

 

Evidemment, toutes les informations ou presque sont parcellaires, et on se souvient de l'embargo mondial qui avait entouré la sortie d'Une place à prendre. Une confidentialité et une garde rapprochée qui ne sont probablement pas étrangères au choix de l'auteure de se changer en Robert Galbraith. « Ce fut merveilleux de publier sans exubérance, ni attente. Et un pur plaisir de recevoir des commentaires sous un nom différent », soulignait ainsi Rowling quelques heures après le démasquage.

 

Fichier numérique, prix, ou même nom qui sera affiché sur la couverture (a priori, le pseudonyme serait conservé), rien n'est disponible. De même que l'identité du traducteur : Pierre Demarty avait traduit le dernier en date, mais pourrait bien céder sa place pour le polar. Le rush mondial pour traduire Une place à prendre avait fait hurler les traducteurs, qui dénonçaient alors des textes transcrits à la va-vite, sans respect pour le rythme de travail.

 

Pour la date de sortie, une certitude : avant Noël.

 

MàJ 18:59 : D'après les informations du Point, octobre 2013 verrait la sortie du livre en librairie.

 

Merci à Hugoreo !