L'application pour le pass culture est-elle un moyen d'accès inégalitaire ?

Antoine Oury - 21.03.2018

Edition - Société - pass culture application - pass culture livre - pass culture Françoise Nyssen


Sans aucun doute, le pass culture fait partie, avec l'ouverture des bibliothèques, des mesures les plus populaires de la politique culturelle que met en place le gouvernement d'Édouard Philippe. Ce pass culture laissait craindre un « trafic » de crédits destinés à des achats culturels. Le gouvernement avait cru trouver la réponse en passant par une application, mais cette solution a aussi ses limites...


ISBN
(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 


Selon le gouvernement, qui avait présenté de nouveaux éléments sur la mesure par la voix de la ministre de la Culture Françoise Nyssen le 6 mars dernier, le Pass Culture sera un « service public universel et [un] nouveau réseau social ». En confiant 500 € aux jeunes de 18 ans, l'État souhaite aider le jeune à creuser « le sillon du parcours d'éducation artistique et culturelle ».

 

En Italie, où une mesure similaire avait été mise en place — c'est d'ailleurs cette mesure qui a inspiré le candidat Macron —, la somme allouée aux achats culturels, distribuée sous la forme de chèques, s'était vu devenir l'objet d'un trafic. En effet, certains bénéficiaires avaient troqué ces chèques culturels contre des espèces sonnantes et trébuchantes, permettant de s'offrir d'autres produits.

 

Pour éviter un tel détournement, le gouvernement a donc créé « une start-up d'État pour le concevoir, qui va créer l'outil et les contours de l'offre », précisait la ministre de la Culture, avec le recours à une application. Cette solution n'est toutefois pas exempte de reproches et de problématiques, comme le souligne Raphaël Gérard, député La République en Marche de Charente-Maritime, dans une question écrite.

 

« [L]e dispositif de dématérialisation », explique le député, « suscite des difficultés compte tenu de l'aménagement numérique existant en Guyane. Jusqu'à il y a encore très récemment, seulement 3 centres bourgs des communes de l'intérieur étaient couverts par la 2G (Maripasoula, Papaïchton, et Grand Santi). »

« Face à ces contraintes, il lui demande quelle stratégie son ministère compte déployer pour assurer un égal accès des jeunes guyanais au dispositif du passe culture », interroge Raphaël Gérard dans une question écrite à la ministre de la Culture. Il note aussi que l'accès à l'offre culturelle, de manière générale, reste difficile en Guyane.

 

Une application mobile Pass Culture pour offrir
500 € aux jeunes de 18 ans

 

Outre ces problèmes de réseaux et d'accès se pose également la question de l'équipement : un jeune sans smartphone — cela existe sans doute — pourra-t-il bénéficier du Pass Culture ? Et qu'en est-il du traitement des données personnelles des bénéficiaires et de l'historique de leurs achats ?

L'attitude du gouvernement vis-à-vis de ces informations sera sans doute instructive, d'autant plus qu'avec les 500 € du Pass Culture, les jeunes de 18 ans reçoivent... le droit de vote.
 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.