L'approche mercantile du gouvernement britannique à l'égard des universités

Clément Solym - 13.11.2012

Edition - International - Royaume-Uni - Universités - Andrew Motion


Celui qui fut Poète lauréat jusqu'en 2009, Sir Andrew Motion, a condamné dans les colonnes du Guardian l'approche mercantile du gouvernement britannique vis à vis du monde universitaire. Selon lui, les ministres envisageraient l'enseignement supérieur à trop court terme, ce qui causerait préjudice à la vie culturelle du Royaume-Uni et ses perspectives d'avenir. Une critique qui précède une campagne contre les effets néfastes du marché sur l'enseignement supérieur.

 

 

Creative Commons (CC by 2.0) via Flickr

 

 

Andrew Motion exerce désormais en qualité de professeur de création littéraire, au sein du Royal Holloway college de l'université de Londres. Il fait partie d'un collectif de 65 universitaires et autres écrivains fondateurs du Council for the Defence of British Universities, officiellement lancé ce mardi.

 

Parmi eux l'on dénombre des lauréats du prix Nobel et autres médailles Field, des ex-présidents de la British Academy et autres membres de l'Ordre du Mérite. Notamment Sir David Attenborough, Richard Dawkins, Dame AS Byatt, Alan Bennett, Lord Bragg et Michael Frayn.

 

Sir Keith Thomas, l'historien et ancien président de l'Académie britannique est à l'origine de la formation. Il estime que la fonction véritable des universités est « faussée par la tentative de créer un marché de l'enseignement supérieur ».

 

Et le collectif entend bien faire bouger les choses : « Quel que soit le sujet, quel que soit la discipline, il doit y avoir un espace de réflexion expansive qui valorise l'importance des choses qui sont bonnes pour nos âmes autant d'importance que ceux qui sont bons pour nos soldes bancaires. »

 

Certes le mouvement ne conteste pas la nécessité à court terme de favoriser la compétitivité des diplômés sur le marché international de l'emploi. Mais il souhaite préserver également la dimension humaine qui devrait l'accompagner et bénéficier à l'ensemble de l'espèce humaine et de manière durable.

 

Une nouvelle voix qui s'élève tandis que le parti conservateur ne semble pas se détourner de sa politique de restrictions budgétaires dans le domaine de la culture et de l'enseignement au Royaume-Uni.