medias

L'argent de la terreur : une enquête qui décortique le financement de Daech

Victor De Sepausy - 06.01.2017

Edition - Société - argent - daech - financement


Comme on dit toujours, l’argent, c’est le nerf de la guerre. Il en va donc de même pour Daech qui mène une guerre terroriste à la fois aux frontières de son État et à l’extérieur des territoires que cette organisation a fait passer sous sa coupe. En signant L'argent de la terreur - Enquête sur les trafics qui financent le terrorisme (First Editions, 302 pages, 16,95 €), Denis Boulard, journaliste indépendant, et Fabien Piliu, de La Tribune, font toute la lumière sur les sources de financement de l’État islamique.

 

 

C’est d’abord le pétrole de contrebande qui a permis à Daech d’étendre son pouvoir grâce à la vente sur le marché noir de dizaines de millions de barils de brut. En 2015, 160 puits fonctionnaient en Syrie au profit de Daech, ce qui engendrait des revenus de 1,4 million d’euros par jour. Et paradoxalement, ce pétrole se retrouvait très majoritairement à Damas…

 

Mais, comme dans toute guerre, c’est aussi le pillage des zones occupées qui a permis à l’État islamique de renforcer ses capacités financières. Ainsi, en mettant la main sur Mossoul en 2014, Daech a récupéré 421 millions d’euros qui dormaient dans la banque centrale de la ville.

 

Pour des djihadistes qui interdisent la consommation de toute drogue, il ne semble cependant pas y avoir de problème à vivre de la vente de la drogue, et notamment du captagon qui est très en vogue dans cette région du monde. C’est aussi un paradoxe que font ressortir les auteurs de cet ouvrage très éclairant sur le financement du terrorisme. 


Pour approfondir

Editeur : First
Genre :
Total pages : 302
Traducteur :
ISBN : 9782754083515

L'argent de la terreur ; enquête sur les trafics qui financent le terrorisme

de Boulard, Denis ; Piliu, Fabien(Auteur)

Daech ne commandite pas seulement des actions terroristes, elle est aussi l'une des organisations terroristes les plus riches du monde. Mais croire que ses ressources ne proviennent que du Proche-Orient serait une erreur. Daech utilise non seulement les mêmes réseaux que le grand banditisme, comme la contrebande, mais aussi des moyens plus étonnants tant ils nous sont familiers !

J'achète ce livre grand format à 16.95 €