L'argent du contribuable a servi aux prix littéraires de cette année

Clément Solym - 20.11.2008

Edition - Société - argent - contribuable - servir


Le CNL, Centre National du livre est fier cette année de constater que les impôts du contribuable ont été investis dans les bons chevaux et qu'on est des gens sérieux qui ne jouent pas à Jérôme Kerviel...

En effet, alors que la saison des prix littéraires s'achève, plusieurs des auteurs récompensés avaient bénéficié des subventions que le CNL attribue chaque année, grâce au budget de 3 millions € dont il dispose. Ainsi, le Renaudot, de Tierno Monémembo ou le prix Décembre, pour Mathias Enard, « avaient été soutenus par le CNL en 2003 et 2004 ».

De même « l’attribution des prix Goncourt à Atiq Rahimi, pour Syngué sabour (P.O.L), Médicis à Jean-Marie Blas de Roblès, pour Là où les tigres sont chez eux (Zulma), Medicis Essai à Cécile Guilbert, pour Warhol Spirit (Grasset), et tout récemment Interallié à Serge Bramly pour Le premier principe Le second principe (Lattès), confirme également la pertinence des aides et des encouragements que le CNL a prodigués à ces auteurs », se réjouit le CNL.

Les projets qui sont en effet « jugés remarquables » par le CNL bénéficient d'une aide substantielle, et les distinctions de cet hiver confirment les justes choix que le Centre a pu réaliser...