L'Argentine refoule 1,6 millions de livres à la frontière

Clément Solym - 30.09.2011

Edition - Société - argentine - imprimerie - protectionnisme


Aucunement une question de liberté d'expression mais essentiellement une question de liberté du commerce. Le gouvernement argentin a décidé de bloquer les importations pour obliger les éditeurs locaux à imprimer dans le pays.

 

78% des 76 millions de livres lus en Argentine seraient imprimés à l'étranger selon la ministre argentine de l'industrie Debora Giorgi, alors qu'avant la récession des années 90 qui a fauché la plupart des imprimeurs, les proportions étaient inverses.


La manœuvre est dénoncée par la Chambre Argentine du Livre. En privé, certains de ses membres affirment que les éditeurs argentins trouvent que les imprimeurs uruguayens, chiliens et chinois sont moins chers et plus honnêtes que leurs compatriotes. Et ils impriment donc de préférence à l'étranger.

Publiquement, « le secteur éditorial manifeste sa surprise devant l'extension d'une mesure qui affecte le droit fondamental des citoyens au livre comme véhicule pour l'éducation et la culture ».

 

La Chambre soutient que la mesure n'est pas pertinente car l'industrie argentine a déjà les capacités d'imprimer pour le pays et même d'exporter, et conteste les chiffres du gouvernement. Un point de vue douteux attendu que lors de la récession après les vagues de privatisation des années 1990, la plupart des imprimeries ont fermé.

 

Les imprimeurs locaux sont désavantagés car ils doivent supporter des taxes sur les fournitures dont sont exemptés leurs concurrents étrangers. Erique Marano, chef d'un syndicat d'imprimeurs, FATIDA, déclare que le gouvernement agit seul, mais qu'il « soutient tout à fait les mesures qui aident à défendre la production et les emplois nationaux et à garder en Argentine ce qui peut et devrait y être fait. »

 

Il faudra trouver rapidement une solution d'après un distributeur cité par El Pais : « La situation est grave parce que cette paralysie affecte tout le travail éditorial ainsi que la vente en kiosque et en librairie.  ». Le bloquage est effectif depuis le 15 septembre.

(AP via le Washington Post)