L'art contemporain se prête à la Art Lending Library

Julien Helmlinger - 05.06.2014

Edition - International - Art contemporain - Bibliothèque - Pop Up Lending Library


Une bibliothèque d'un nouveau genre est née au Royaume-Uni, baptisée la Art Lending Library, un concept impulsé par deux artistes britanniques. Histoire de rompre avec la tradition bibliothécaire, commissionnés par la Glasgow's Market Gallery, Zoe Walker et Neil Bromwich ont opté pour un service de prêt d'oeuvres d'art plutôt que de bouquins et autres documents prisés des chercheurs. Les lieux ont été remplis de pièces offertes par des créateurs contemporains, et l'on peut se faire expédier l'une d'entre elles chez soi pour une semaine.

 

 

 

 

Comme le résume Neil Bromwich : « L'idée initiale était de permettre aux gens d'apprécier l'art et de faire l'expérience artistique d'une manière différente. La plupart des gens connaissent l'art en le voyant au travers les galeries et espaces d'exposition. Nous avons voulu leur donner la chance d'expérimenter l'art sur une base d'une oeuvre après l'autre depuis la maison. » Si la plupart des artistes contributeurs sont basés dans le Royaume, certains colis proviennent d'ailleurs, notamment de Colombie, de Thaïlande et d'Australie.

 

À l'origine, c'est dans le cadre du Festival International d'Art de Glasgow en 2012 que le concept a été présenté au sein de la Mitchell Library. Puis le concept a voyagé, motivé par l'ambition d'ouvrir l'accessibilité à l'art, et se trouvait mis à l'honneur en Angleterre, dans la ville de Darlington au mois de mai 2014. Selon Walker, il s'agit de tout « un symbole », alors que le Royaume-Uni a connu dernièrement de sévères restrictions budgétaires touchant aux arts comme à la culture en général.

 

En plus de son côté amusant, qui voit se promener le musée à renfort de parades dans les villes envahies, le projet porte donc également son message politique. Bromwitch précise : « L'une des choses qui a vraiment inspiré le projet est que l'idée originale des bibliothèques est d'en faire des endroits égalitaires. Dans le passé, seuls les gens riches avaient leurs bibliothèques avec des livres à eux. D'une certaine façon c'est encore le cas pour l'art contemporain aujourd'hui, c'est le genre de truc élitiste. »

 

L'opération n'en a pas fini de faire son chemin. Outre les villes de Chicago et Minneapolis, les routes italiennes devraient aussi prochainement ouvrir les bras à la Art Lending Library. Elle comprend aujourd'hui plus de 60 oeuvres contemporaines mises en caisses. Les artistes contributeurs ont quant à eux été payés 50 £ à la pièce offerte malgré les risques inhérents à ce type de consommation artistique. Les oeuvres sont assurés lorsqu'elles sont stockées en bibliothèque ou en transit, mais pas lorsqu'elles se retrouvent entre les mains des emprunteurs.

 

Un contrat de confiance, en somme.